Aller au contenu principal
Louis Clerc, fondateur d'Interlude Bien-Etre. © DR

«J’adorerais vivre 200 ans en bonne santé»

Consultant en innovation et études de marché, Louis Clerc est aussi le fondateur et directeur du centre de jeûne Interlude Bien-Etre à Val-d’Illiez et bientôt à Champoussin.

Qu’est-ce qui vous motive à vous lever le matin?

Avec nos programmes de jeûne et détox, nous aidons nos clients à retrouver plus de vitalité et à aspirer à une longévité active. C’est donc pour moi, comme pour mon équipe, une belle satisfaction d’avoir une action positive sur son bien-être et de pouvoir ainsi gagner sa vie. D’un point de vue plus personnel, entendre notre petit bébé de 6 mois gazouiller dès 6h du matin, ça me met de bonne humeur pour la journée!

Le talent que vous rêveriez d’avoir?

Ce n’est pas tout à fait un talent mais j’adorerais vivre jusqu’à 200 ans en bonne santé. Quand je vois les évolutions technologiques de SpaceX et les autres, je me dis que ça devrait être incroyable d’être témoin de tout ça.

La qualité indispensable pour un leader?

Dans mon premier job après mes études universitaires, je travaillais pour une agence de consulting à Melbourne. Mon manager, Neil, était mon héros. Il avait les trois qualités idéales à mes yeux: une grande expérience du métier, la capacité à synthétiser et généraliser ses apprentissages et, finalement, la volonté et l’enthousiasme de partager les deux premières avec son équipe. J’espère avoir réussi à exprimer cette formule magique à mon tour.

Le meilleur conseil que vous ayez reçu?

Ne pas avoir peur de prendre des décisions impopulaires pour servir une vision à long terme. Voici d’ailleurs une petite phrase sur la nature humaine que j’aime particulièrement: «Hard times create strong men; strong men create good times; good times create weak men; weak men create hard times.»

Votre définition de la réussite professionnelle?

Etre satisfait de son propre parcours professionnel sans trop se comparer aux autres. Pour ma part, quinze ans à travailler auprès de grandes entreprises telles que Procter & Gamble ou HP, c’était très enrichissant professionnellement. Cependant, j’avais en moi cette ambition d’entrepreneuriat. Alors, lorsque j’ai identifié une opportunité de créer un centre de jeûne – dont je suis moi-même un client deux fois par année –, j’ai décidé de me lancer. Je dois bien avouer que c’est une grande source de satisfaction professionnelle et humaine.

Votre plus grande extravagance?

Un beau voyage par année pour découvrir un nouveau coin de notre planète. Le dernier en date, c’était la Birmanie: un pays d’une beauté incroyable avec toutes ces pagodes et une population chaleureuse et souriante.

Le meilleur endroit du monde?

Après avoir beaucoup voyagé dans ma vie et vécu à Melbourne et à Londres durant plusieurs années pour mon travail, j’ai compris que c’est principalement ce qu’on crée professionnellement et personnellement, ce qu’on fait de notre vie, nos familles, nos cercles d’amis et nos réseaux qui font la différence. C’est à mon avis ces facteurs qui définissent où est le meilleur endroit du monde.

Le chanteur, l’auteur ou le film culte?

Je suis consommateur de séries depuis quelques années, j’adore l’idée d’une continuité et d’une évolution des personnages. Dernièrement, je me suis passionné pour Westworld – une histoire de robots se rebellant contre leurs créateurs. C’est d’autant plus prenant que j’arrive à imaginer cela comme une réalité dans une ou deux décennies.

Vous dans cinq ans?

J’espère avoir toujours autant de plaisir à gérer mes mandats et le développement d’Interlude Bien-Etre. Nous allons commencer à exploiter un deuxième site dès septembre à Champoussin, un petit village dans un écrin de nature en Valais. On m’a également proposé tout dernièrement de rejoindre le conseil d’administration d’une entité de tourisme en recherche d’innovation. J’y pense sérieusement comme un nouveau challenge.