Aller au contenu principal
Les ingénieurs de production sont très recherchés dans l'agroalimentaire.  © istockphoto

Un bachelor qui répond aux besoins de l’industrie

La Haute Ecole ARC et la HEIG-VD lancent un Bachelor en Ingénierie et Gestion industrielle. 

L’industrie 4.0, tout le monde en parle, mais encore faut-il pouvoir disposer des compétences nécessaires afin de l’implémenter dans sa manufacture. Or, les spécialistes en la matière font cruellement défaut en Suisse. Le nouveau Bachelor en Ingénierie et Gestion industrielle, proposé conjointement par la Haute Ecole Arc (HE-Arc) et la Haute Ecole d’ingénierie et de Gestion du canton de Vaud (HEIG-VD), devrait dès lors rencontrer un grand succès. «Les entreprises, en quête de cerveaux formés pour optimiser les systèmes de production, allaient jusqu’ici chercher ces talents à l’étranger. Cette formation répond à un vrai besoin», explique Philippe-Emmanuel Grize, directeur du domaine Ingénierie de la HE-Arc.

A Yverdon ou Neuchâtel

La nouvelle filière, à la fois polyvalente et pragmatique, permettra également à ces futurs ingénieurs d’intégrer les questions liées à la digitalisation. «Cette dernière a rajouté une couche de complexité dans les process. Mais la digitalisation n’est pas un but en soi: elle n’est utile que si elle crée de la valeur et contribue à éliminer les goulots d’étranglement.» Et Philippe-Emmanuel Grize d’illustrer son propos par un exemple très concret: «Une entreprise commande des pièces auprès d’un fournisseur, qu’elle stocke ensuite dans ses locaux. Avec la digitalisation, le fournisseur connaît instantanément ses besoins et l’entreprise n’a plus besoin de stockage. Imaginez les gains à l’échelle de toute une chaîne de production!»

A noter que les étudiants et les étudiantes inscrits au bachelor pourront choisir de suivre leurs cours à Yverdon ou à Neuchâtel dès la rentrée académique 2018. En 3e année, ils choisiront une spécialisation – «Méthodes et procédés industriels», «Qualité et performances industrielles» et «Logistique et organisation industrielle».