Aller au contenu principal
Michel Horwath, Alain Barraud, Grégoire Furrer et Rolf Weber. © Luca Carmagnola

Le Club Affaires Rire: l’utile et l’agréable

Si appartenir à un club service ne vous attire pas particulièrement, pourquoi ne pas songer à une alternative plus originale et conviviale?

Kiwanis, Rotary, Lions, si ces clubs services ne vous attirent pas particulièrement, vous faites peut-être partie d’une population d’acteurs de l’économie à la recherche d’alternatives plus originales et conviviales. Eh bien justement, ces deux caractéristiques collent parfaitement à un club très particulier, celui du Club Affaires Rire, dont la vocation principale consiste à soutenir le Montreux Comedy Festival.

Tout a commencé en 2013, lorsque l’un des partenaires du festival, l’entreprise Coninco, active dans la finance, subissait de plein fouet l’après-crise de 2008. «Son patron, Olivier Ferrari, m’a alors annoncé qu’il avait une bonne et une mauvaise nouvelle, se souvient Grégoire Furrer, fondateur du festival. La mauvaise était qu’il n’avait plus d’argent à nous donner, et la bonne, qu’il allait créer un club d’entrepreneurs pour compenser.» Sceptique mais confiant, Grégoire Furrer lui a donné son accord.

Proximité et liens d’amitié

Très vite, l’idée se concrétise et le nouveau club convainc rapidement ses premiers adhérents grâce aux réseaux additionnés d’Olivier Ferrari et de Grégoire Furrer. C’est dans le caveau du château de Glérolles, à Saint-Saphorin – là même où la Confrérie du Guillon a été fondée –, que les premières réunions s’organisent. Le prix d’entrée a été fixé à 5000 francs par an pour les adhérents, dont 4000 francs sont directement versés au festival. Le reste est utilisé pour organiser les cinq rencontres annuelles des membres autour d’un repas et pour constituer une cagnotte dédiée au cachet de certains artistes trop chers pour le festival.

Alain Barraud, président du Club Affaires Rire et gestionnaire du château de Glérolles, se réjouit de compter actuellement 26 membres actifs au sein de son club. «Vous savez, convaincre des sponsors aujourd’hui devient toujours plus difficile pour les festivals, car les entreprises exigent un réel retour sur investissement. Avec notre club, pour 5000 francs, vous bénéficiez d’un traitement véritablement VIP.»

Les membres peuvent inviter six personnes lors de la soirée de gala et bénéficient de deux places assises pour les douze soirées du festival. Sans compter l’accès aux backstages, qui permet de rencontrer les artistes et de participer aux événements partenaires du festival. Rolf Weber, membre du club depuis plusieurs années et directeur associé de l’entreprise informatique Darest, confirme les avantages de cette adhésion. «J’ai invité 40 clients l’an dernier au festival, ils ont tous été enchantés par son originalité. Je sais qu’ils s’en souviendront longtemps!» Mais, pour lui comme pour les autres membres présents autour de la table, la valeur ajoutée la plus importante de ce club, c’est surtout la proximité et les liens d’amitié qui se sont créés entre ses membres. «Que ce soit dans le cercle privé ou dans le business, nous sommes toujours présents pour les autres membres du club.»

Ensemble, les adhérents du Club Affaires Rire représentent déjà le troisième sponsor du Montreux Comedy Club, mais l’objectif est encore plus ambitieux. «J’espère que dans un an, nous serons le premier sponsor, affirme Alain Barraud. Il ne nous reste que 14 membres à trouver pour y parvenir.» L’appel est lancé, mais attention tout de même, préférence sera donnée aux bons vivants dotés d’un sens de l’humour avéré!

Lire aussi: Cercles pour dirigeants, lequel est fait pour vous?