«J’ai toujours eu envie de réunir et de fédérer les gens. Née à Genève d’une maman suisse et d’un père algérien, je suis une enfant unique. Mais dès mon plus jeune âge, j’ai adoré aller vers les autres. Il y a dix ans, en parallèle de mon master en création d’entreprise à la Haute Ecole de gestion, j’ai fondé Color my Geneva: un agenda culturel disponible en ligne. Mon blog est né d’une profonde envie de rassembler. Je voyais un décalage entre une perception de Genève comme une ville où il ne se passait rien et mon propre quotidien, où j’avais l’impression de ne jamais avoir assez de temps pour faire toutes les activités que je désirais. L’idée pour moi, qui avais alors 25 ans, était d’amener l’information au public et de montrer que Genève est bel et bien une ville dynamique.

également interessant

Tout a ainsi commencé en 2011. J’ai contacté un ami et en avril, le site était en ligne. Au moment du lancement du blog, je commençais également ma carrière dans le secteur bancaire, où j’étais active dans la gestion de projet. Mais en 2015, j’ai décidé de quitter mon travail, car j’avais un rôle qui ne laissait pas vraiment de place à ma créativité. J’ai alors pris la décision de me consacrer entièrement au développement de Color my Geneva. Je n’ai jamais regretté ce choix.

La vie a fait qu’un peu plus tard cette année, j’ai perdu mes deux parents. Pour moi, il y a eu une sorte de revanche à prendre sur le destin: j’ai mis toute ma force et mon énergie dans le développement de mon projet et, surtout, j’ai décidé de l’adapter à un modèle de rendement intéressant. C’était là toute la difficulté: de faire du site quelque chose qui suive aussi une logique économique et qui me permette d’en vivre. J’ai donc terminé de redessiner mon média web en 2017 et j’ai développé des services rémunérés par les institutions intéressées.

Je tire aujourd’hui mes revenus de deux façons, qui touchent toutes à la communication d’entreprise. D’une part, avec l’équipe de Color My Geneva, je propose des services publicitaires, dont la rédaction d’articles, qui mettent en avant une institution sur notre plateforme et reviennent par exemple sur une exposition, une balade, etc. Cette visibilité particulière intéresse les clients. D’autre part, je propose des services d’accompagnement en stratégie digitale via ma propre agence de communication, Color my Media. Je vais ainsi conseiller une entreprise pour sa communication sur ses propres réseaux, en mettant à profit mon expérience en matière de réputation digitale.

Cette année, Color my Geneva fête ses 10 ans. Nous publions des articles presque chaque jour de la semaine et enregistrons entre 15 000 et 20 000 visiteurs uniques par mois. Je pense que ce concept perdure parce que tout le monde peut être visible sur la plateforme. C’est-à-dire que si demain vous organisez un événement, vous pouvez gratuitement le mettre en ligne. Mais la clé de ce succès réside surtout dans l’authenticité. Avec mon équipe, nous tenons à être transparents et qualitatifs. Cela signifie que si une institution propose un partenariat que nous ne jugeons pas à la hauteur, nous oserons dire non. Le succès de Color my Geneva s’explique par la confiance que les gens nous accordent.

Aujourd’hui, le projet évolue et se développe sur plusieurs réseaux sociaux, comme Instagram, où nous réunissons plus de 22 000 abonnés. Mais au milieu des réseaux et de leurs algorithmes, il ne faut jamais oublier le contact humain. Avec Color my Geneva, le but est d’aller à la rencontre des gens. On organise des sondages, des micros-trottoirs: on demande des avis, on sonde les envies. Des bénévoles contribuent aussi au contenu disponible, il y a donc un côté interactif et participatif. Fêter les 10 ans du projet a été une belle récompense. Cette année 2021 se révèle d’autant plus spéciale pour moi du fait que je vais bientôt être maman. Je ne sais pas ce que le futur me réserve, mais je garde comme objectif de toujours faire plus et mieux. Tout est encore possible!»