Aller au contenu principal
Abdallah Chatila et l’équipe du restaurant Home, à Meyrin. © DR

L’appétit d’Abdallah Chatila pour la restauration

L’homme d’affaires genevois prépare un concept très novateur pour 2021 par le biais d’une importante centrale de production de repas qui alimentera ses nombreux restaurants. Produits locaux et économies d’échelle sont au menu.

La crise sanitaire et les ennuis que vivent les restaurateurs romands n’arrêtent pas certains entrepreneurs, bien au contraire. C’est le cas de l’homme d’affaires genevois Abdallah Chatila. Après de multiples et récentes acquisitions de restaurants partout dans le canton du bout du lac, le financier ne compte pas en rester là. Il a publiquement annoncé vouloir proposer bientôt sa propre offre culinaire par le biais d’une cinquantaine d’établissements (ils sont plus d’une dizaine dans son giron pour l’instant).

>> Lire aussi: Qu'est-ce qui fait courir Abdallah Chatila?

Selon des rumeurs non confirmées, des établissements comme la brasserie Lipp ainsi qu’un hôtel cinq étoiles seraient éventuellement dans le prochain panier d’achat du promoteur. Cette forte expansion prévue pour 2021 s’accompagne de la mise en place d’un véritable concept industriel novateur avec le lancement d’un atelier central dans la zone moderne de Plan-les-Ouates.

Le projet nous est expliqué par Fabrice Eggly, directeur de la communication du groupe M3. «L’ouverture à Plan-les-Ouates d’un atelier central de 4000 m2 coordonnant tous les restaurants est planifiée pour 2021, et ce, afin de réduire les coûts de production, d’améliorer la logistique et de garantir la qualité. Des économies d’échelle seront réalisées grâce aux volumes et aux partenariats avec les acteurs et producteurs locaux.»

L’idée fait beaucoup parler dans le monde de la restauration à Genève, celui-ci redoutant à moyen terme la quasi-disparition des chefs. Fabrice Eggly rassure: «Dans les faits, il s’agira d’un atelier culinaire dédié à la qualité des produits, qui seront ensuite travaillés dans les restaurants, par les chefs, et certains concepts seront plus accompagnés que d’autres.»