Aller au contenu principal
D’ici la fin de l’année, le réseau Ecole 42 devrait compter une vingtaine de campus dans le monde (ici à Paris). © P.Couette

L’iconoclaste Ecole 42 s’installe à Lausanne

L’établissement né à Paris en 2013 se démarque par une pédagogie très originale, à savoir un enseignement sans professeurs. La formation d’informaticiens en Suisse va en bénéficier.

Le fondateur de l’opérateur français Free, Xavier Niel, avait fait sensation en 2013 en France en lançant un concept inédit de formation d’informaticiens de haut niveau. L’industrie du numérique en France subissait alors une importante pénurie de développeurs informatiques. Un concept surprenant, presque utopiste, appelé Ecole 42. Sept ans plus tard, l’idée fonctionne et s’exporte même. La preuve, une Ecole 42 va ouvrir à Lausanne en juin 2021, ce qui ne manquera pas de secouer le milieu pédagogique régional.

>> Lire aussi: Il manquera 40 000 informaticiens en 2026!

Collaboration entre pairs

Car l’établissement fonctionne de manière extrêmement originale. L’école est gratuite et n’exige pas de diplôme préalable. Il n’existe pas de cours et, par extension logique, pas d’enseignants. Mais comment est-ce possible de concevoir une école sans professeurs? «On se concentre sur l’apprentissage plutôt que sur l’enseignement. Pour y parvenir, le système s’appuie sur des techniques de jeu qui vont stimuler l’étudiant et sur la collaboration entre pairs. On apprend ensemble, on découvre ensemble, on se challenge et on s’évalue les uns les autres», explique le futur directeur, Christophe Wagnière, dans ICTjournal. Une équipe pédagogique basée à Paris mènera le bal des questions en ligne destinées aux élèves.

Christophe Wagnière

On apprend ensemble, on découvre ensemble, on se challenge et on s’évalue les uns les autres.

Christophe Wagnière, futur directeur de l'Ecole 42 à Renens

Mais attention, cette école révolutionnaire rime avec sélection extraordinaire. Les candidats à l’aventure sont ainsi testés durant un mois sur leur capacité à innover, à créer, à réagir ou à s’adapter aux problèmes posés. En juin prochain, un mois d’immersion appelé «la piscine» servira de sélection définitive afin de trouver les élus de la première volée. Quatre semaines intenses durant lesquelles il leur faudra répondre à des énigmes et potasser durant des heures afin de réussir les jeux pédagogiques.

3500 francs par étudiant

Les gagnants bénéficieront alors de trois années de formation gratuite afin de devenir des développeurs informatiques de haut rang, denrée devenant rare en Suisse. Un tiers seulement des prétendants obtiendront le fameux sésame, soit de 150 à 200 étudiants. En Suisse, ce sera donc Christophe Wagnière, ancien responsable de la direction des systèmes d’information à la HES-SO, qui sera le directeur de l’institution, tandis que Serge Reymond (ex-membre de la direction générale de l’éditeur zurichois TX Group) officiera en tant que président. «Mon rôle, c’est d’être le directeur de l’école à son lancement, de créer les conditions-cadres, de réunir une équipe, de donner l’esprit du campus 42. Je vais aussi m’occuper de la relation avec les entreprises, puisque nous devrons trouver entre 150 et 200 places de stage», précise Christophe Wagnière.

Un directeur opérationnel sera présent sur le site, qui gérera sa construction technique et l’animation de l’école au quotidien. Ecole 42 ouvrira à Renens au sein des locaux d’Univercité, l’espace d’innovation de la fondation Inartis, qui s’étend sur une surface de 3000 m2, à laquelle vont s’ajouter 6000 m2. L’école sera notamment financée par Romande Energie, Swisscom et Open Web Technology, avec un budget de 7 millions de francs sur cinq ans. Le coût estimé par étudiant et par année est de 3500 francs, alors qu’un brevet fédéral d’informatique se chiffre à environ 8000 francs par année. Les PME romandes seront également mises à contribution lors de la fin des formations, des stages étant recherchés pour les diplômés.

>> Lire aussi: Ces secteurs qui recrutent