Aller au contenu principal
Le futur aéroport de Dubaï, en construction, utilisera de l’hydrogène genevois pour ses véhicules.
Le futur aéroport de Dubaï, en construction, utilisera de l’hydrogène genevois pour ses véhicules. © istockphoto

Une PME genevoise décroche le futur aéroport de Dubaï!

La société Aaqius nous a confirmé la signature d’un contrat géant en vue d’équiper tous les véhicules de l’aéroport avec des cartouches à hydrogène innovantes.

L’aventure est presque incroyable, mais elle est bel et bien vraie. Une PME genevoise innovante dans l’énergie hydrogène, Aaqius, nous a confirmé avoir signé un contrat sans précédent avec le futur plus grand aéroport du monde, celui de Dubaï. Cet accord prévoit que l’intégralité des véhicules de l’aéroport sera alimentée par une énergie totalement décarbonée et renouvelable. Aaqius fournira alors les cartouches à hydrogène STOR-H. Mais comment une société romande a-t-elle réussi ce coup mondial?

Aaqius a été choisie notamment pour des questions liées à la sécurité. A Dubaï, les températures sur le tarmac peuvent parfois s’élever à près de 100°, entraînant des risques d’incendie avec des batteries au lithium-ion. «Cette signature nous permet d’entrer de plain-pied dans la transition énergétique pour les Emirats arabes unis», se réjouit Stéphane Aver, le président. Aaqius va développer des partenariats avec les fabricants de véhicules pour répondre à la demande du futur aéroport afin qu’ils puissent être opérationnels en 2019.