Aller au contenu principal
Jean-Bernard Rossel et Stoyan Gern, les cofondateurs de Talk To Me. © DR

Du 100% neuchâtelois dans le métro de Montréal

La start-up neuchâteloise Talk To Me a signé avec les Canadiens en décembre. Dix-huit bornes interactives Totemi amèneront de la poésie dans les galeries souterraines. Un succès international qui pourrait en amener d’autres.

La boîte à sourire Totemi va inonder le métro de Montréal, soit 18 bornes interactives qui amèneront de la poésie sous forme de vidéo dans les galeries souterraines. A Neuchâtel, un parcours similaire sur le thème de la Belle Epoque sera inauguré en mai. En secouant votre téléphone à proximité d’une de ces balises, vous pourrez parler avec un comédien, qui vous fera découvrir les grandes figures de Neuchâtel. Un exemple parmi d’autres; les contenus étant modulables à l’infini.

Conceptrice de ce boîtier, la start-up neuchâteloise Talk To Me a signé avec les Canadiens en décembre; un succès à l’international qui pourrait en amener d’autres. En effet, la Fédération française de football est intéressée par cette signalétique interactive pour animer l’espace en marge des matches. Un projet de valorisation touristique dans le bassin lémanique est également en cours, tout comme dans des trains panoramiques de Suisse centrale. Le Musée du Laténium et le site de Môtiers ont, quant à eux, déjà adopté le concept.

«Il existe bien des apps qui proposent du contenu aux visiteurs. Mais notre force est d’allier une entité physique traditionnelle, avec de la géolocalisation d’une précision supérieure à celle d’un GPS et qui fonctionne en intérieur. C’est ça la différence, appuie Jean-Bernard Rossel, cofondateur de Talk To Me, avec Stoyan Gern. D’un côté, on a une identification visuelle immédiate et, de l’autre, un instrument qui diffuse de l’information, y compris là où le GPS ne passe pas.»

Pour ne rien gâcher, Totemi est un produit 100% neuchâtelois, finaliste du prix BCN de l’innovation 2017. Il a été réalisé en intégralité dans le cadre d’un partenariat de huit entreprises du canton actives dans le design industriel, la microélectronique, les applications web. «Le design de notre boîte autonome puise son origine dans les Pokémon Go, explique le directeur technique de la structure, qui gère par ailleurs le web de Festi’neuch ou de Médecins du Monde. C’est ludique, rassurant et non intrusif, à l’heure où les utilisateurs se méfient pour télécharger une application.»