Aller au contenu principal
Les quatre dirigeants de Creatives: Dorotea Coi, Philip Baertschi, Azizah Boo et Mathieu Fouvy. © Creatives

L’agence Creatives se réinvente pour ses 20 ans

L’agence lance Marvelous. Finis les salaires fixes, les «employés-entrepreneurs» toucheront uniquement des commissions.

L’agence de pub Creatives à Vevey fête son 20e anniversaire. L’occasion pour ses dirigeants de repenser complètement l’organisation de leur entreprise. «Dès le 1er octobre, nous scinderons l’agence en deux entités distinctes , explique Mathieu Fouvy, responsable créatif et Managing Partner.

D’un côté, il y aura Creatives, une entité composée uniquement d’experts de la communication en lien direct avec la clientèle. De l’autre, Marvelous, une nouvelle entité spécialisée en marketing et développement digital. Nous continuerons à affirmer notre expertise en campagnes intégrées disruptives et, parallèlement, nous renforçons les synergies avec des indépendants et d’autres entreprises.»

Rien de révolutionnaire jusqu’ici. Ce qui l’est par contre, c’est le mode de rémunération des collaborateurs de Creatives qui n’auront plus de salaire fixe. «Ils toucheront entre 70% et 80% des contrats qu’ils géreront pour l’agence, déduction faite des frais de création et de réalisation, précise Mathieu Fouvy, qui fonctionnera lui aussi sur ce nouveau modèle. «Le marché est demandeur de solutions flexibles mais aussi de conseil senior pour ce qui touche à la stratégie.» Ce système permet à l’entreprise de limiter ses risques.

Les collaborateurs, de leur côté, profitent de la notoriété de Creatives et de l’opportunité de fonctionner en mode «entrepreneurs» tout en travaillant en groupe. «Nous sommes la première agence à oser ce modèle, affirme Mathieu Fouvy, mais d’autres suivront car c’est totalement dans l’air du temps. Les gens veulent plus de liberté et retrouver un rapport direct entre leur implication dans une entreprise et leur rémunération.»

Il s’agit aussi de proposer un modèle qui permette aux talents de se réaliser pleinement sans avoir à se lancer en solo. D’ailleurs, les collaborateurs concernés ont tous accepté avec enthousiasme en profitant d’une plus grande flexibilité.