Aller au contenu principal
Le Geneva International Motor Show a mené un véritable dépoussiérage de son image et de ses activités. © DR

Ces salons automobiles qui se réinventent

Rebaptisé GIMS, pour Geneva International Motor Show, le Salon de l’automobile vient d’entamer sa mue à l’heure où tous les salons automobiles de la planète perdent de leur substance.

Aux manettes de la mue du Salon de l’automobile de Genève, le directeur général, Olivier Rihs, qui ne passera finalement que quinze mois à Palexpo, avant de reprendre, le 1er mai 2020, les plateformes numériques de Tamedia. Un séjour au bout du lac de courte durée, mais qui ne révolutionnera pas moins de l’intérieur la manifestation la plus importante du pays. Un «dépoussiérage» bienvenu à l’heure où tous les salons automobiles de la planète perdent de leur substance, comprenez les constructeurs.

Même Genève n’échappe pas au phénomène. Le groupe PSA, par exemple, n’enverra en mars prochain que l’une de ses marques, en l’occurrence DS. Après l’hémorragie vécue à l’IAA de Francfort, en septembre dernier, c’est au tour du vénérable Salon de Detroit, fondé en 1904 (soit une année avant celui de Genève), de branler dans le manche. Ses organisateurs ont reporté de janvier à juin la prochaine édition, en y greffant un festival de musique censé sans doute faire oublier le manque d’exposants.

Olivier Rihs n’est pas un adepte de la langue de bois: «A terme, il n’y aura plus la place pour dix événements de ce type dans le monde. Il n’en restera peut-être plus que trois, un en Amérique du Nord, un en Asie et un en Europe, et Genève sera celui-là.» Apparemment, le directeur général ne craint pas de froisser les constructeurs français et allemands: «Je pense qu’ils le savent clairement eux-mêmes. Ils le disent aussi: s’il n’en reste qu’un, ce sera celui de Genève. Les marques réfléchissent avant tout en termes de campagnes et de stratégies. Aujourd’hui, tout est mondialisé. L’important, c’est que l’événement bénéficie d’une visibilité mondiale et que le retour sur investissement soit au rendez-vous.»

Une visibilité d’ores et déjà optimisée à Genève, avec le lancement début décembre d’une nouvelle plateforme internet intégrant une application gratuite permettant de réserver son essai aux commandes d’une voiture électrique. Le circuit tracé dans la halle 7 de Palexpo sera l’une des nombreuses attractions du GIMS 2020, avec le forum GIMS Tech.

>> Lire aussi: ces salons commerciaux qui attirent les foules