Aller au contenu principal
L’équipe BuxumLunic (de g. à dr.): Jérémie Burgdorfer, Guillaume Pegoraro, Patrick Bourban, Vincent Man et Kristina Rae Grimaux. © F. Merz | lundi13

Pourquoi les agences de pub doivent fusionner

Buxum et Lunic se sont rapprochés pour offrir tous les services à leurs clients. Un des fondateurs nous explique que le marché a aussi bénéficié du Covid-19.

Les agences de communication Buxum et Lunic viennent de se regrouper dans une nouvelle entité. Celle-ci, BuxumLunic, est codirigée par Vincent Mani, et réunit 27 collaborateurs avec 120 clients actifs. Vincent Mani nous explique comment s’est déroulé ce rapprochement. «Les discussions ont débuté en été 2019 avec une volonté de rassembler dans une entité des compétences complémentaires. Lunic est une agence historique de la place romande, avec une expérience et un savoir-faire qui ne sont plus à démontrer et que les associés avaient envie de nous transmettre.»

Les deux sociétés voulaient offrir au marché une agence complète pour accompagner les marques de manière transversale, spécialement aujourd’hui car les agences doivent être capables de piloter la communication dans son intégralité, de la stratégie au déploiement web, en passant par le contenu médias sociaux.

Le dirigeant estime en outre que l’impact de la crise sur les agences est relatif. «Le Covid-19 a fait peur au marché mais on se rend compte que la pandémie a fait comprendre aux marques qu’il fallait communiquer de manière cohérente pour exister. De plus, dans les PME, les changements de génération offrent une plus grande sensibilité à la communication.»

>> Lire aussi: Dans la communication aussi, on fusionne!