Aller au contenu principal
Amin Shokrollahi, le CEO d'origine iranienne, a donné un nom farsi à sa société, Kandou signifiant "ruche".

Kandou Bus lève plus de 84 millions de francs

La société vaudois développe des solutions très innovantes de transfert de données à haut débit et écoénergétique. Pour les investisseurs, la technologie du spin-off de l'EPFL est décrite comme révolutionnaire dans le domaine des semi-conducteurs.

Pas moins de 84 millions de francs (92,3 millions de dollars), c'est la somme que Kandou Bus vient de lever auprès de plusieurs fonds d'investissements! Une belle confirmation de l'énorme potentiel de la société vaudoise, qui développe des solutions très innovantes de liaison de puce à puce, à haut débit et écoénergétique.

Dans le détail, il s'agit en réalité de la deuxième partie du tour de financement entamé en juillet 2019, qui avait permis à l'entreprise de semi-conducteurs de récolter 56 millions de dollars. Deux nouveaux investisseurs, Climb Ventures et Swiss Select Opportunities (géré par Flexstone Partners), ont ainsi rejoint les investisseurs existants, dirigés par Bessemer Venture Partners.

Ce financement de série C va permettre au fondateur et directeur, Amin Shokrollahi, d'investir notamment dans la commercialisation, au printemps 2021, de la première puce en silicium de Kandou Bus, appelée Matterhorn. Un resynchroniseur pour toutes les connexions USB-C qui permet le transfert de données entre tous appareils (smartphone, ordinateur, disque dur externe, etc.). «Nous remercions nos nouveaux investisseurs. Grâce à eux, nous allons perfectionner nos produits et trouver encore plus de consommateurs dans le marché des connexions à grande vitesse et à très faible consommation d'énergie», comment le CEO.

300 brevets détenus

De son côté, Felda Hardymon, associée au sein de Bessemer Venture Partners, société de capital-risque à San Francisco, décrit dans un communiqué, n’avoir «jamais vu de technologie de semi-conducteur aussi essentielle» au cours de ses 41 années de métier, en tout cas «pas depuis les progrès des microprocesseurs de la fin des années 70».

Reste que cette annonce n'est pas un surprise totale, le spin-off de l'EPFL, né en 2011, ayant été sélectionné par la plateforme internationale de réseautage Tech Tour comme l'une des 50 pépites en forte croissance les plus dynamiques d'Europe. Kandou Bus emploie environ 120 collaborateurs dans neuf pays. Outre la Suisse, elle dispose de bureaux au Royaume-Uni, en Allemagne, au Danemark et aux États-Unis ainsi que d'avant-postes de ventes au Japon et à Taïwan.

Anecdote sympathique, le nom de Kandou a des origines farsi - Amin Shokrollahi est un mathématicien et informaticien d'origine iranienne - et signifie «ruche», soit le symbole de la sagesse collective. Avec les 300 brevets que la société détient, nul doute que ses abeilles vont continuer encore longtemps leurs oeuvres.