La société de biotechnologie SwissDeCode a clôturé son premier tour de financement en levant 3,7 millions de francs auprès de VisVires New Protein (un fonds singapourien) et d’EIT Food, la principale initiative européenne d’innovation alimentaire. Ce nouveau financement s’ajoute à une récente attribution de 2,5 millions d’euros du Conseil européen de l’innovation et sera utilisé pour accélérer le développement d’une plateforme rapide de test et de certification des aliments sur site.

également interessant
 
 
 
 
 
 

«A court terme, nous allons ajouter de nouveaux produits à notre gamme DNAFoil (un kit analogique, ndlr). A moyen terme, nous voulons lancer des programmes pilotes avec des entreprises du secteur alimentaire afin de mettre sur le marché des machines qui sont en cours de développement. Nous invitons les entreprises du secteur alimentaire à rejoindre notre programme d’accès anticipé», explique Brij Sahi, CEO et cofondateur de la start-up sise à Renens.

Ventes à l’étranger

Depuis sa création, SwissDeCode a récolté plus de 10,5 millions de francs en subventions, prêts et investissements. La société regroupe en outre sept investisseurs suisses en nom individuel. Vingt-deux collaborateurs sont actifs en Suisse, mais les ventes se font essentiellement à l’étranger. «Notre kit analogique a été vendu à des dizaines de clients dans le monde entier. Actuellement, nos clients sont principalement des producteurs alimentaires et des entreprises du secteur laitier, à qui nous avons vendu des milliers de tests», confirme Brij Sahi.

Les prix des produits ne sont pas communiqués, mais ils diffèrent selon leurs applications (pour la validation de la pureté du lait ou la détection du porc, par exemple). SwissDeCode propose une variété de solutions de tests rapides sur site qui aident les différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement à détecter des contaminations ou des adultérations des aliments, à éviter les rappels coûteux et à améliorer la confiance des clients dans leurs produits. A noter que l’industrie alimentaire mondiale dépense environ 40 milliards de dollars par an en rappels de produits.