L’EPFL a une fois de plus vu naître un beau projet qui devient réalité. Iselin Frøybu et Luca Randazzo ont lancé en juin 2020 la start-up Emovo Care dont le but est de proposer des prothèses de main portable novatrice. L’aventure avait commencé au sein de l’école fédérale lorsque Luca Randazzo préparait son doctorat en robotique. «J’ai d’abord travaillé sur des dispositifs d’assistance, notamment l’exosquelette pour la main. Cela fait deux ans que je travaille maintenant avec Iselin Frøybu sur le projet Emovo Grasp. Notre mission est de développer des dispositifs médicaux qui puissent amener une autonomie motrice, de la thérapie et des soins directement à la maison», dévoile le fondateur dont l’objectif est de maximiser l’accès à cette technologie.

Une levée de fonds est lancée

Emovo Grasp permet à des personnes qui n’arrivent plus à saisir des objets avec leurs mains (des suites d’un AVC par exemple) d’ajouter de la force, soit dans le cadre d’assistance au quotidien (manger ou boire de façon autonome), soit dans le but de continuer leur thérapie à la maison afin d’accélérer leur réadaptation. La prothèse, unique en son genre, s’accroche depuis le côté de la main et vient englober la partie supérieure du membre. Chaque doigt est recouvert avec des tendons artificiels permettant de bouger l’ensemble des articulations.

La prothèse fait l’objet de tests avancés auprès d’utilisateurs dans des hôpitaux romands comme le CHUV ou l’Hôpital du Valais et la société vient de lancer une levée de fonds auprès des investisseurs. «Ensuite, nous espérons pouvoir commercialiser notre produit en Suisse, puis dans les pays nordiques. A l'avenir, nous espérons aussi développer notre prothèse pour les enfants», confie Luca Randazzo.

Anzeige