Ces bateaux de transport d’un nouveau genre pourront accueillir 12, 60 ou 300 passagers et «si tout va bien, le premier prototype de 12 places devrait être à l’eau en début d’année prochaine», se réjouit Anders Bringdal, cofondateur de la start-up, interrogé dans Le Nouvelliste. Début juillet, la jeune pousse a signé un contrat de plusieurs dizaines de millions de francs pour la construction de neuf bateaux écologiques avec un opérateur portugais avec l’objectif de livrer le premier navire en 2023. D’autres contrats seraient déjà en discussion avec la France, la Suisse, le Japon, la Nouvelle-Zélande et les Etats-Unis.

Une deuxième levée de fonds, dont le montant n’a pas été communiqué, a été bouclée fin juillet. Il faut dire que les cofondateurs peuvent justifier d’une belle expérience puisque Anders Bringdal est l’un des deux créateurs des SeaBubbles, ces bateaux-taxis du futur sur la Seine. Pour créer MobyFly, le Suédois s’est associé à Sue Putallaz, CEO, et à Ricardo Bencatel (photo), qui a créé le logiciel permettant de contrôler le vol des bateaux de l’America’s Cup. Une expérience qui sera très utile pour MobyFly puisque ces nouveaux bateaux voleront aussi sur des foils.

Pour les trois entrepreneurs, «le bateau doit devenir un des maillons de la chaîne des transports, un bus aquatique», expliquent-ils. La start-up a choisi le Valais pour s’implanter, estimant que le canton «se donne les moyens de l’innovation, avec un vrai écosystème en lien avec la mobilité durable».