Aller au contenu principal
Jean-Luc Moner-Banet dirige la Loterie Romande depuis 13 ans. © Loterie Romande

Dans l’univers de Jean-Luc Moner-Banet

Etabli en Suisse depuis 34 ans, le Français d’origine adore son pays d’adoption dont il a aujourd’hui le passeport. Il se dit particulièrement fier et honoré de diriger la Loterie Romande depuis 13 ans, une institution d’utilité publique, unique et «éminemment romande».

Son horizon

Vue sur le Mont-Blanc © DR

La montagne «Depuis chez moi à Genolier, j’ai la chance de voir le Mont-Blanc. J’aime la montagne et la randonnée, que je pratique beaucoup avec ma femme. Nous aimons, par exemple, passer une nuit à l’Auberge de la Vouivre au lac de Taney avant une longue randonnée le lendemain.»

Son artiste préféré

Leonard Cohen © A.Mills/ Alamy Stock Photo

Leonard Cohen «Il est mon artiste préféré depuis toujours, car il était à la fois musicien, poète et interprète. Trois ans avant sa mort en 2016, j’ai eu l’immense chance de le voir sur scène à Montreux où il a joué pendant plus de trois heures. Un bonheur fou.»

Son resto préféré

L'Auberge du Château © DR

L’Auberge du Château «J’aime particulièrement cette adresse à Nyon où le chef Antonio Pagliuca nous régale d’une cuisine italienne exceptionnelle basée sur des produits de saison. C’est d’ailleurs le restaurant que nous avons choisi avec ma femme Lucia, d’origine sicilienne, pour notre repas de mariage il y a six ans.»

Sa dernière folie

Aston Martin  © DR

Aston Martin «Depuis mon plus jeune âge, je suis passionné de voitures. Tout petit déjà, je dévorais les BD de Michel Vaillant. Il y a cinq ans, j’ai réalisé un rêve en m’offrant une Aston Martin V8 Vantage Roadster 2007 d’occasion. J’adore aussi la moto mais j’ai décidé d’arrêter après ma dernière chute sur circuit.»

Son objet fétiche

Collectionneur de cailloux © DR

Cailloux «Lors de chaque voyage autour du monde, je reviens avec des cailloux. Je suis fasciné par l’univers minéral, je trouve qu’il y a de la poésie dans une pierre. Ces cailloux sont partout chez moi comme dans mon bureau. Certains servent de presse-papier, de décoration, d’autres ont été peints par mes enfants. Ils me rappellent mes souvernirs de voyage et j’y tiens beaucoup.»

Son auteur culte

"Tropique du Cancer" © DR

Henry Miller «J’ai toujours un livre à la main, de littérature française ou anglaise. Quand j’ai lu à 22 ou 23 ans Tropique du Cancer puis Tropique du Capricorne, d’Henry Miller, ça a presque été un voyage initiatique. J’y ai découvert la force de la littérature, la liberté. Ces livres m’ont ensuite amené vers d’autres auteurs comme Blaise Cendrars.»