C’est un record historique: il n’y aura jamais eu autant d’entreprises créées en Suisse qu’en 2020, et ce depuis 1883, relève l’analyse annuelle de l’Institut pour jeunes entreprises (IFJ). Ce sont près de 47 000 nouvelles sociétés qui sont nées en 2020, soit une augmentation de plus de 5% en comparaison de 2019. Depuis le début de l’année dernière, le monde est marqué par la crise sanitaire du Covid-19 et les conséquences économiques de cette pandémie qui touchent tous les secteurs d’activité. Néanmoins, les PME n’ont pas attendu la fin de la crise et un retour à la normale pour accroître ou repenser leurs activités.

pme_infog_creation_entreprises

Certains secteurs ont été contraints à la fermeture, d’autres ont notamment souffert des restrictions d’importation pour maintenir leurs chaînes de production, ou encore de la difficulté d’exporter, tout en devant s’adapter aux nouvelles normes du télétravail. Mais de nombreuses entreprises suisses continuent de lutter et pensent aux opportunités au-delà de cette période compliquée. Certains horlogers, par exemple, ont remarquablement tiré leur épingle du jeu. Des secteurs de l’artisanat, de la mobilité et du commerce de détail ont eux aussi enregistré une croissance de leurs activités. D’autres sociétés se sont étendues, créées, ou ont privilégié des collaborations inédites pour survivre. Même le secteur du tourisme, de la restauration et de l’hôtellerie, contraint à la fermeture durant des mois, a su trouver des solutions pour se réinventer.

En 2020, la Suisse est arrivée en tête du classement international des pays les plus sûrs face au covid. Ses forces? Une bonne situation épidémiologique globale et surtout la haute résilience de son économie selon l’étude de Deep Knowledge Group menée en 2020, qui compare la réponse de 200 pays à la crise sanitaire. Un constat toujours pertinent aujourd’hui: alors que la pandémie est encore active, les hommes et les femmes entrepreneurs dessinent déjà le monde d’après en fonction de leur nouveau présent, se préparant pour l’après-crise et pariant sur un nouveau souffle de l’économie.


2020, l’année durant laquelle l’entrepreneuriat a explosé en Suisse

Selon une étude menée par la Haute Ecole de gestion de Fribourg, un quart des jeunes entrepreneurs interrogés estime que la crise du Covid-19 a créé de nouvelles opportunités d’affaires pour leur société.

L’année 2020 bat des records en termes de création d’entreprises – près de 47 000 nouvelles sociétés selon l’institut pour jeunes entreprises (IFJ). Les entrepreneurs restent néanmoins prudents: durant les semi-confinements, il s’est révélé plus difficile pour les fondateurs d’identifier les possibilités d’affaires et la peur de l’échec s’est accrue.

L’IFJ a cherché dans sa dernière étude d’avril 2021 à savoir à qui correspondaient les nouvelles inscriptions au Registre du commerce en Suisse. Deux tiers des sondés représentent de véritables nouvelles entreprises (les autres étant des changements de statut juridique). Et la crise ne les a pas forcément trop impactés: 37% des interrogés déclarent avoir «survécu à la crise sans encombre jusqu’à présent», 7% disent même avoir pu profiter de la pandémie. «L’année apporte de nombreux défis, mais en même temps de nombreuses opportunités qui sont exploitées», relève l’institut.

Une conclusion corroborée par l’étude «Diagnostic de l’impact du Covid-19 sur l’entrepreneuriat» du Global Entrepreneurship Monitor, menée en Suisse par la Haute Ecole de gestion de Fribourg. Selon eux, près d’un quart des jeunes entrepreneurs interrogés estiment que la crise du Covid-19 a créé de nouvelles opportunités d’affaires pour leur entreprise et qu’ils ont l’intention d’en profiter dans les mois à venir. En comparaison internationale, les experts de l’étude saluent également la forte collaboration entre les nouvelles entreprises et celles déjà établies en Suisse.

L’exemple de trois nouvelles sociétés romandes qui ont décidé de se lancer l’an dernier dans l’aventure entrepreneuriale.

Serge de Wilde
Cofondateur, Revive Conversions (BE)

Serge de Wilde

«Ce temps nous a permis de concrétiser notre projet»
«Les confinements et le temps soudainement à disposition nous ont permis de concrétiser notre projet: donner une seconde vie aux voitures anciennes et polluantes en convertissant leur moteur du thermique à l’électrique. Avec mon équipe, nous avons pu finir les travaux sur notre véhicule de présentation, une Coccinelle Volkswagen. Les grands événements ayant été annulés, nous avons repensé notre modèle d’affaires, en nous adressant plus directement au B2B au travers des garages. Ces professionnels peuvent parler avec leurs habitués et leur proposer nos services. Le marché est déjà développé en Europe mais en Suisse nous sommes les premiers. De plus, nous valorisons l’économie circulaire et le travail local, ce qui est recherché actuellement.»

Amaël Cohades
Cofondateur et directeur, CompPair Technologies, spin-off de l’EPFL (VD)

Amaël Cohades

«Nous venons de lever 950 000 francs en mars 2021»
«Après ma thèse, la suite logique consistait à se lancer sur le marché en janvier 2020, avec ce nouveau matériau performant et auto-réparant à destination de l’industrie des composites que nous avons développé. Mais la crise est ensuite rapidement arrivée. Nous souffrons de l’annulation des salons industriels et indirectement des difficultés des autres entreprises. Le plus frustrant se révèle être que tout prend plus de temps avec la crise. Néanmoins, la période a poussé certains industriels à favoriser les aspects de durabilité et du recyclage, et notre technologie répond justement à ce besoin. Je reste confiant puisque CompPair vient de lever 950 000 francs de fonds en mars 2021.»

Nicolas Freudiger
Cofondateur, ID Genève Watches (GE)

Nicolas Freudiger

© Samson Bayiha

«La pandémie aura poussé à privilégier le durable et le local»
«Le recyclage peut s’appliquer à tous les processus, même l’horlogerie et le luxe, ce que nous faisons avec nos montres en acier 100% recyclé dont le bracelet est fabriqué à partir de marc de raisin. Fondée en décembre 2020, notre société a dépassé ses objectifs de levée de fonds via crowdfunding en 48 heures pour atteindre 315 000 francs de précommandes. La campagne a été retardée en raison de la fermeture des usines qui manufacturent les composants, mais ce délai nous a servi à nous perfectionner, à repenser notre stratégie de lancement à un niveau plus local. Comme transformer un bar genevois en show-room. Nous avons pu rencontrer directement les clients, en petits groupes, établir une relation plus privilégiée avec eux, ce qui apporte une grande plus-value.»


«Les modèles dont l’utilité perdurera après la crise attirent les investisseurs»

Brigitte Baumann est fondatrice des entreprises GoBeyond Investing et Efino à Zurich. Elle a été nommée dans le top 3 des femmes business angels d’Europe en 2020. Son métier d’«investisseur providentiel» consiste à soutenir des start-up à leurs débuts, en capital, mais aussi, contrairement à du capital-risque classique, au travers de conseils personnalisés tirés de son expérience.

Brigitte Baumann fait partie des femmes business angels les plus influentes d’Europe. Basée à Zurich, c’est une fine connaisseuse des start-up.

Les investissements dans les start-up en Suisse ont diminué de 7,4% en 2020, selon le «Swiss Venture Capital Report». Quels changements avez-vous observés durant cette pandémie?

Brigitte Baumann: Tout d’abord, les business angels ont aidé, en temps et en argent, les start-up de leur portfolio. Concernant le déblocage de nouveaux fonds, cela a pris un peu plus de temps. Un autre changement notable a été le montant des valorisations des start-up, avec des baisses d’environ 20%, pouvant aller jusqu’à 50% dans certains cas. Enfin, la pandémie a rendu la situation plus instable pour les business angels, qui ont dû parfois se retirer de deals au dernier moment, en raison de problèmes internes dans leur propre entreprise ou portfolio.

Quels types de modèles d’affaires intéressent les investisseurs actuellement?

Les entreprises proposant des solutions à la crise actuelle intéressent évidemment les investisseurs. Les sociétés ayant des modèles hybrides réussissent également à lever des fonds. Soit des modèles qui fonctionnent aussi bien dans un contexte de pandémie qu’en dehors (avec des employés en télétravail ou non, avec des enseignes fermées ou non, etc.). Par exemple, une entreprise que je soutiens aide les petits commerçants spécialisés avec leur présence virtuelle. Enfin, ce qui plaît, ce sont les entrepreneurs et PME qui proposent de nouveaux modèles, dont l’utilité a été mise en évidence pendant la crise et qui perdurera quand elle se sera stabilisée. Il s’agira par exemple de start-up dans les secteurs de l’éducation (edtech) ou du bien-être mental et physique ou encore repensant la manière dont nous travaillons les uns avec les autres.

Que recherchez-vous, en tant que business angel, chez un entrepreneur?

J’investis avant tout dans des équipes. Celles-ci doivent faire preuve d’esprit entrepreneurial, en particulier dans cette période covid. Ce qui se résume en quatre grandes caractéristiques pour moi. C’est d’abord l’aptitude à surmonter de grands obstacles et à rebondir tant sur le plan professionnel que personnel, tout en gardant une vision et une passion. Ensuite, c’est la capacité à s’adapter à l’argent disponible. Il faut savoir par exemple se passer de son grand bureau, mais ne pas lésiner sur la protection d’un brevet. La débrouillardise (street smart en anglais) constitue une autre qualité importante selon moi. Enfin, il faut savoir être têtu, tout en sachant écouter et s’arrêter quand il le faut.


Trois exemples d'industries qui n'ont pas baissé les bras avec le covid

SC Polissage: produire localement, avec des employés en Suisse

Le sous-traitant horloger prévoit de doubler ses effectifs d’ici à 2023. L’an dernier a été posée la première pierre d’une nouvelle usine.

Maria Do Santos, co-CEO de SC Polissage, et sa fille Laura. 

Le sous-traitant horloger SC Polissage échappe à la crise. Il recrute et prévoit même de doubler ses effectifs d’ici à 2023. «Nous avons eu peur en mars 2020 lors de la fermeture des ateliers. C’était très dur de demander au personnel de rester à la maison, se souvient Maria Dos Santos, la co-CEO. Mais nous sommes des combattants. Nous avons déjà connu des crises mondiales. Notre société a été créée en juin 2001 et, trois mois après, les attentats du 11-Septembre faisaient trembler la planète. C’est un challenge et il ne faut pas reculer.»

C’est avec ce même élan que la patronne, son mari Carlos et leur fille Laura ont posé la première pierre de la nouvelle usine au Crêt-du-Locle, le 2 juillet 2020. Cet été, celle-ci passera de 1500 m2 à 6000 m2, avec un toit en panneaux PV produisant l’énergie nécessaire à 60 ménages. Un bâtiment devisé à 20 millions de francs. «Nous avions besoin de plus de lignes de production, lance-t-elle. Presque tous nos fournisseurs sont en Suisse et nos machines CNC viennent du Jura, ce qui fait que nous n’avons pas eu de problèmes d’approvisionnement.»

Le ton est donné: produire localement, avec des employés vivant en Suisse. «Sur 105 collaborateurs actuellement, huit seulement sont des frontaliers, alors que nous sommes à quelques kilomètres de la frontière», appuie Maria Dos Santos, qui souhaite maintenir ce ratio. Autre démarche d’avenir: la mobilité. «Nous avons choisi de limiter les places de parking et finançons des abonnements de bus et des vélos électriques pour le personnel», note Laura Dos Santos.

Quid des incertitudes? La PME en connaît aussi. «La demande des clients est restée stable, à l’exception des deux mois de fermeture, observe la dirigeante. Ce qui a changé en revanche, c’est la vision qui n’est plus à quinze mois, mais plutôt à six mois.»


Phonak-Sonova: la clé: innover et réunir les compétences

Le fabricant d’aides auditives investit dans l’avenir, à savoir dans des technologies moins gourmandes en énergie.

Investir dans l'avenir: ces mots sonnent juste aux oreilles d'Evert Dijkstra, directeur de Phonak. 

© Mazzotta, Simona

Investir dans l’avenir: ces mots sonnent juste aux oreilles d’Evert Dijkstra, directeur de Phonak à Morat, société du groupe Sonova. Un souhait qui n’est pas toujours des plus faciles, mais qui lui donne le sourire. Car l’avenir se trouve dans le développement de technologies moins gourmandes en énergie. C’est une quête perpétuelle pour leurs dispositifs sans fil à basse consommation, ainsi que pour leur nouveau bâtiment carbone neutre budgétisé à 20 millions de francs et inauguré en avril.

Un travail qui demande patience et compétences. Pour y parvenir, le fabricant d’aides auditives recherche, depuis février, 50 profils très spécialisés. «La stratégie du groupe (15 000 employés dans le monde) était déjà claire. Elle s’est accélérée avec la pandémie. Nous voulions réunir les compétences. C’est pour cela que nous avons concentré la R&D à Morat, avec la vente et le marketing.» Sonova a donc relocalisé dans le canton de Fribourg la recherche, dont une partie se faisait en Suède.

Cette stratégie de croissance par pôle de compétences a impliqué la suppression de 13 postes en production. Celle-ci est aujourd’hui en partie à Stäfa (ZH). «Moins de sites, mais mieux spécialisés, résume Evert Dijkstra. Par ailleurs, la Suisse dispose d’un environnement idéal. La capacité d’innovation a toujours été la valeur ajoutée d’une entreprise, quel que soit le secteur. Avec la crise, c’est encore plus vrai.»

Innover donc. C’est le cas également pour les équipes marketing qui, au lieu de se déplacer aux Etats-Unis pour des présentations devant 500 spécialistes, recourent à des visioconférences attirant 1000 invités en mars dernier par exemple. «La vente virtuelle permet de toucher davantage de personnes, souligne le directeur depuis vingt-trois ans. C’est un modèle que nous allons sans doute garder.»


Sottas: poursuivre une stratégie de croissance

L’entreprise active dans la construction métallique recrute, s’agrandit et forme. Elle n’a pas cédé aux sirènes alarmistes.

Le stade de la Tuilière, un ouvrage sur lequel Sottas a travaillé. 

© Sophie Brasey

Quel bond en 2020! Nouvel espace de 12 500 m2 à Denges (VD), recrutement d’une centaine de collaborateurs et création d’une deuxième filière de formation en collaboration avec Metaltec Romandie notamment. Où les dirigeants de Sottas trouvent-ils l’énergie? «Nous sommes une équipe très complémentaire et mon mari Nadir en est la locomotive», lance Laure Sottas Solenghi, à la tête de l’entreprise de désormais 440 collaborateurs entre Bulle, Denges, Lyss et Nyon.

Si la pandémie a stoppé les chantiers momentanément à Genève et Vaud et posé d’importants problèmes d’approvisionnement en matières premières, la société a tout de même poursuivi sa stratégie de croissance. «Il nous manquait du personnel qualifié pour le bureau technique depuis longtemps, relève la directrice. Nous sommes confiants: il y a de nombreux projets en route avec des demandes pour des constructions en hauteur.»

La société bulloise n’a donc pas cédé aux sirènes alarmistes et même si un ralentissement va peut-être se faire sentir, elle souhaite garder la capacité de saisir toutes les opportunités. «Nous devons être agiles et proactifs, poursuit-elle. Ça a été le cas avec la reprise de l’usine tout équipée de Félix Constructions, une occasion unique, inespérée, que nous avons saisie l’an dernier.»

Le prix de cette transaction ne filtre pas, mais se compte forcément en dizaine de millions de francs pour Sottas qui annonce 100 millions de chiffres d’affaires. La PME s’est ainsi rapprochée de projets sur la Riviera lémanique, à l’image des ponts du Grand-Saconnex ou du stade de la Tuilière, des ouvrages signés Sottas. Le dynamisme des métalliers irradie à l’international. Parallèlement à la rénovation des façades de l’ambassade de Suisse à Washington, Sottas a terminé la construction d’une usine vers Bangkok. Une charpente de 500 tonnes, construite à Bulle, a voyagé jusqu’en Thaïlande, en plein confinement.


Trois exemples d’entreprises dont les activités se sont envolées en dépit du covid

E-commerce, télémédecine ou agence entièrement digitale de travail temporaire, l’exemple de ces trois sociétés dont le modèle économique devrait perdurer après la crise sanitaire.

DIGITEC GALAXUS: l’e-commerce entre dans le quotidien des Suisses

«De nombreux Suisses ont véritablement découvert le shopping en ligne durant la pandémie», dit Florian Teuteberg, directeur de Digitec Galaxus, qui a gagné 770 000 nouveaux clients entre avril 2020 et mars 2021. Le chiffre d’affaires du groupe a atteint 1,826 milliard de francs en 2020 (+59%). La plus grande plateforme d’e-commerce de Suisse a gagné encore en agilité: «Notre chance durant cette pandémie est que nos collaborateurs étaient déjà habitués à s’orienter rapidement dans une nouvelle situation, à prendre des décisions de manière autonome ou encore à tester et à améliorer de nouvelles choses en direct.» L’exploration de nouveaux modèles de travail, avec le home office notamment, devrait également se poursuivre chez Digitec Galaxus après la crise du coronavirus.

Confiante, l’entreprise qui compte désormais 2000 employés, dont 650 engagés en 2020, ne craint pas la concurrence accrue des géants étrangers, qu’elle provienne d’Amazon, de Zalando ou de plateformes chinoises.

Le conseil

«Dans le commerce en ligne, il faut bien réfléchir à la manière de se démarquer. Pour réussir à long terme, il faut apporter de la valeur ajoutée. Digitec et Galaxus sont plus que des magasins en ligne: il s’agit de plateformes d’information, de divertissement et d’interaction. Notre équipe éditoriale par exemple anime la communauté avec des articles et des vidéos, et partage son savoir sur les produits.»

COOPLE: le «staffing» digital gagne de nouvelles branches

Agence de travail temporaire entièrement digitalisée, Coople répond à la demande accrue de flexibilité durant la pandémie. «Avec une agence classique, les entreprises doivent anticiper leurs besoins en personnel, explique le directeur romand, Simon Vogel. Rapide et efficace, notre solution permet de couvrir certaines demandes dans l’heure qui suit la création de la mission.» En quarante-huit heures, elle a par exemple mobilisé 800 employés dans une centaine de magasins de discount en Suisse, afin de mesurer les entrées et les sorties.

La société, présente à Londres, Lausanne et Zurich, compte plus de 400 000 candidats dans sa base de données. «Il s’agit de personnes qui se sont inscrites depuis la création de Coople. Le système fonctionne sur la base d’algorithmes, et il sera d’autant plus efficace si leur profil est complet et si elles travaillent régulièrement.» Comme une agence classique, la plateforme fonctionne comme employeur sur le contrat de travail. Elle comptabilise 15 000 entreprises inscrites et une centaine de collaborateurs fixes en Suisse.

Avec la pandémie, Coople a développé les segments de l’administratif, du commerce de détail et de la logistique. «Cette stratégie nous a permis d’augmenter nos performances, et ce, malgré le quasi-arrêt des aéroports, de l’hôtellerie-restauration et de l’événementiel, qui représentaient la majorité de notre chiffre d’affaires. Dans le commerce de détail par exemple, le nombre d’heures effectuées a crû de plus de 300% en 2020.»

Le conseil

«Le moment est idéal pour lancer un projet digital. La pandémie a forcé des secteurs qui étaient encore à l’âge de pierre à se numériser. Outre le staffing, il y a par exemple une forte demande dans l’immobilier commercial.»

MEDGATE: de la télémédecine au soutien de l’Etat

Fondée en 1999, Medgate est devenu avec la pandémie un acteur incontournable de la santé en Suisse, tant pour le privé que pour le public. L’entreprise de télémédecine basée à Bâle a notamment été chargée de la hotline de la Confédération sur le coronavirus.

«Lors de l’arrivée de l’épidémie, notre modèle était pertinent pour deux raisons, résume Andy Fischer, fondateur et directeur. Premièrement, la demande pour des services médicaux à distance était plus élevée car on ne pouvait plus aller chez le médecin aussi facilement. Deuxièmement, les gouvernements voulaient utiliser la santé digitale comme un instrument pour contrôler la pandémie.» D’autres services à destination de l’Etat se sont ajoutés au fil du temps, tels que la hotline de la vaccination ou la mise au point d’un outil de traçage électronique de proximité pour l’app SwissCovid.

Dans l’ensemble de ses succursales (Suisse, Allemagne et Philippines), l’entreprise réalise en moyenne 10 000 téléconsultations par jour, contre 5000 avant la pandémie. Son volume d’activité global a augmenté de près de 30% entre 2019 et 2020. Medgate emploie désormais 500 employés fixes.

Le conseil

«Trop de start-up de digital health développent d’abord une technologie avant de savoir quelle sera son application dans le système de santé. Or, pour une croissance durable de son entreprise, il faut s’attaquer aux problèmes actuels d’accès aux soins et de diminution des coûts.»


«La difficulté à se projeter n’est pas un frein, c’est surtout un vrai moteur»

Entrepreneuse passionnée (Schwab-System et Escape Infinity), Leila Schwab enseigne également la gestion des opérations à la Faculté des sciences économiques de l’Université de Neuchâtel. Ses conseils pour démarrer une entreprise en période de crise.

Leila Schwab, entrepreneuse et enseignante. 

1 L’entrepreneuriat est toujours une bonne idée
Lancer une entreprise se révèle risqué dans tous les cas, mais il faut continuer à innover, même dans les périodes d’instabilité! Attendre dans le but de reprendre «comme avant» n’est pas une solution. Il faut adopter une attitude proactive et s’adapter, soit en développant une activité porteuse en ce moment, soit en réorientant son activité. Même pour les secteurs actuellement contraints à la fermeture, cette période représente une occasion de se renouveler.

2 Recréer les relations entre toutes les parties prenantes
La crise a renforcé le besoin de solidarité entre les acteurs économiques parce qu’elle a fragilisé presque tous les marchés. L’objectif, aujourd’hui, consiste à valoriser les relations «win-win», afin que chacun se retrouve bénéficiaire aux niveaux économique, social et environnemental. Et ce n’est pas juste une belle théorie! Je ne suis pas pour le compromis. Parfois, il vaut mieux repenser le modèle d’affaires pour arriver à ce que toutes les parties prenantes soient gagnantes: l’entreprise, les fournisseurs, les clients et les partenaires. Le ralentissement, voire l’arrêt des activités, a limité ou même totalement coupé le lien entre les entreprises et leurs clients. Tous les secteurs doivent être conscients qu’ils devront recréer cette relation.

3 Une période d’incertitude propice à l’innovation et à la créativité
Bien sûr! La difficulté à se projeter n’est pas un frein, c’est évidemment un challenge, mais surtout un vrai moteur. La période d’incertitude est positive pour l’entrepreneuriat. Etre agile et capable de réagir rapidement aux variations du contexte est un véritable atout. Comme il est complexe d’imaginer clairement l’avenir, cela oblige les entreprises à avancer pas à pas, à prendre des décisions, à prioriser et à se concentrer sur le présent. Pour moi, c’est une belle occasion de chercher des solutions en faisant appel à la créativité, au partage et à l’innovation.


L «On assiste à un changement de valeurs dans le tourisme»

Winnaretta Zina Singer dirige le Village de l’innovation de l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL), un incubateur destiné aux start-up du secteur de l’accueil. Elle revient sur la transformation en cours du monde de l’hôtellerie et de la restauration.

Winnaretta Zina Singer, directrice du Village de l'innovation de l'EHL. 

Comment le secteur de l’hospitalité doit-il se réinventer dans un monde post-covid?

Winnaretta Zina Singer: Une des tendances majeures concerne un recours accru à l’analyse des données, qui permet à la fois d’optimiser les coûts opérationnels et de créer des liens directs avec les clients, et ainsi d’éviter de verser des commissions à des intermédiaires. Il y a évidemment aussi tout ce qui a trait à la distanciation et au sans-contact: livraison de repas, glamping (camping glamour, aussi dit «de confort»), développement d’une offre de logements dans des structures hôtelières, etc.

Quelle incidence la crise a-t-elle eue sur les projets incubés à l’EHL?

Nous avons pu observer que l’entrepreneuriat fleurit dans l’adversité. Certaines start-up ont su se réinventer du jour au lendemain. Par exemple, l’entreprise Smeetz, qui développe une offre de billetterie intelligente destinée au secteur événementiel, propose désormais sa technologie de billets numériques à des lieux qui ne le faisaient pas, tels que les musées (lire d’autres exemples ci-dessous, ndlr).

Le tout technologique représente-t-il l’avenir de l’hôtellerie?

L’hôtellerie reste une industrie plutôt traditionnelle, où les relations humaines priment. Ce serait une erreur de penser qu’il faut désormais tout robotiser. Il faut réussir à trouver un mélange malin, de manière à permettre aux acteurs d’optimiser leurs coûts opérationnels et d’améliorer la compréhension des besoins de leurs clients. L’année écoulée a vu beaucoup de pertes et de dégâts, mais elle n’annonce pas la fin des voyages ou de l’hôtellerie. Cela dit, je pense que l’on assiste à un vrai changement de valeurs en matière de tourisme, notamment avec l’essor de l’économie circulaire ou du «slow travel», et qui va encore être renforcé par l’arrivée de nouvelles générations marquées par ce que l’on vit aujourd’hui.


Durabilité et rapidité: les nouveaux piliers du commerce alimentaire

Les PME avec un modèle régional et digital ont vu une explosion de leurs ventes en 2020. Elles sont bien placées pour remporter des parts de marché à long terme.

Les PME suisses qui proposent des produits alimentaires locaux, tout en répondant aux exigences de praticité de la clientèle, ont vu une explosion de leurs ventes en 2020. «Durant la première vague, nos livraisons hebdomadaires ont été multipliées par cinq, se réjouit Paul Charmillot, créateur du site internet de produits locaux MagicTomato. Avec les restrictions liées à la pandémie, les Suisses se sont tournés vers les solutions en ligne et la vente de détail de proximité.»

Selon Credit Suisse, 47% des entreprises actives dans le commerce alimentaire ont dépassé leurs objectifs de chiffres d’affaires l’an dernier. Les fermetures annoncées par le Conseil fédéral en mars 2020 ont même été «réjouissantes puisqu’elles signaient d’un seul coup la fin de la concurrence des bars et restaurants ainsi que du tourisme d’achat», souligne la banque. L’exercice 2020 a vu une progression des enseignes situées dans les zones rurales ou résidentielles. Les magasins Landi ont par exemple enregistré un chiffre d’affaires de 1,47 milliard (+5,5%). L’entreprise souligne le succès de sa marque «Naturellement de la ferme» et de sa plateforme d’e-commerce.

Avec un modèle digital et régional depuis ses débuts, le zurichois Farmy s’est lui aussi trouvé bien positionné lors de l’arrivée de la pandémie. Son chiffre d’affaires a connu une croissance spectaculaire de 170% pour atteindre 26 millions de francs en 2020. Le but, selon Chiara Eckenschwiller, responsable marketing en Suisse romande, était de continuer à offrir un haut niveau de service, sans pénurie de produits et avec une livraison pour le lendemain. «Nous avons engagé 87 employés pour atteindre un total de 220 personnes. Nous avons aussi ajouté plus de 200 producteurs à notre réseau de fournisseurs, qui en compte désormais 1200. Nous avons enfin optimisé la préparation des commandes et notre infrastructure IT.»

Du côté de MagicTomato, le boom des commandes s’est accompagné du développement d’un nouveau marché. Après les régions genevoise et lausannoise, c’est à Berne et environs que la PME d’une vingtaine d’employés lancée en 2016 vient de se déployer. Sur ces trois zones, elle travaille avec une soixantaine d’artisans en moyenne. Pour le directeur Paul Charmillot, les modèles durables ont gagné en attrait, dans une période où les consommateurs voulaient se montrer plus solidaires. «Nous proposons des produits locaux, majoritairement frais ou transformés avec des processus artisanaux simples. La livraison le jour même est réalisée par nos collaborateurs, donc sans risque d’«ubérisation.»

Pour l’entrepreneur, les solutions qui présentent les avantages du numérique (variété de choix, rapidité, etc.) continueront de croître. «Nous avons remarqué avec d’autres acteurs du secteur que des centaines de clients étaient revenus en automne, après la pause estivale, et n’étaient ensuite plus repartis. L’e-commerce alimentaire est passé de 2 à 4% de parts de marché en Suisse avec la pandémie, contre plus de 8% dans certains pays. Il y a donc encore une belle marge de progression possible.»