«J’ai toujours au moins deux projets en cours. Le dernier en date, Ownies, vient de se concrétiser! L’idée de cette friandise est née pendant mon apprentissage de pâtissier-confiseur. A ce moment-là, j’avais 15 ans et j’habitais à Grimisuat, dans le canton du Valais, chez mes parents. Maintenant j’en ai 22 et je suis entrepreneur indépendant.

Pendant ces cinq ans, il s’est passé plein de choses. D’abord, en parallèle avec mon apprentissage, j’ai profité de cet âge où on n’a pas besoin de beaucoup de sommeil pour créer Shelduck Production. Une société qui réalise des vidéos à l’aide de drones: ça m’a permis de parcourir le Valais, puis la Suisse, et de voyager jusqu’au Japon et en Birmanie. Dès mon CFC en poche, j’ai arrêté la pâtisserie pour mettre toute mon énergie dans mon entreprise.

également interessant
 
 
 
 
 
 

C’est alors que ma vie a été bouleversée. Doublement. D’abord, j’ai perdu ma mère, la personne à laquelle je tenais le plus au monde. Puis j’ai découvert que j’étais atteint de deux maladies auto-immunes et j’ai décidé de faire voyager celles et ceux qui, comme moi, sont restés en séjours prolongés à l’hôpital. C’est ainsi que j’ai développé Shelduck TV: une technologie qui transforme les téléviseurs éteints en fenêtre sur le monde, sans bande passante, totalement indépendante. Un concept en pleine expansion qui séduit de nombreux hôpitaux.

Mais, dans un coin de ma tête, j’ai toujours gardé le projet Ownies. Je suis d’autant plus heureux de l’avoir lancé juste avant Noël. Ownies? Ce sont des choux à la crème. Mais en version augmentée. Leur nom est une contraction de brownies, de cookies et d’own («le mien», en anglais), un nom facile et compatible avec les algorithmes des réseaux sociaux.

Tout a commencé parce que j’adore le saint-honoré. Enfin, surtout les choux qui garnissent ce gâteau. Très vite, j’ai réalisé que je n’étais pas le seul à préférer cette «garniture» que, petits, on se disputait avec mon frère. Mais le principal défaut des choux à la crème traditionnels, c’est qu’ils sont éphémères, qu’ils ne se gardent que quelques heures, voire un ou deux jours. Difficile donc d’en avoir sous la main au moment où on en a envie.

Alors j’ai lancé des recherches assez longues avec le soutien de grands pâtissiers. Ce qui ne me dérange pas, car je préfère attendre et rester maître de tout. Aujourd’hui, c’est fait. J’ai créé Shelduck Food et la recette d’Ownies est ancrée: une pâte traditionnelle, garnie de ganache vanille aux éclats de caramel et entourée de chocolat comme les profiteroles. C’est le Fournil Romand, à Meyrin, qui les produit, à base d’ingrédients 100% suisses, comme le chocolat Villars, par exemple. Et c’est Planzer qui les distribue dans un délai de vingt-quatre heures après la commande sur notre site. Et le succès semble au rendez-vous: 1000 boîtes de 15 vendues après une semaine de lancement!»

 

 

Bio express
  • 2000 Naissance à Grimisuat (VS).
  • 2015 Apprentissage de pâtissier-confiseur et lancement de Shelduck Production.
  • 2022 Mise sur le marché d’Ownies, des choux à la crème voluptueux et addictifs qui se conservent jusqu’à trois mois.
Knut Schwander
Knut Schwander