Cette formulation est adoucie par rapport à une précédente version du texte qui appelait simplement à "accélérer la sortie du charbon et des financements aux énergies fossiles".

Les systèmes de captation du carbone pour réduire les taux de gaz à effet de serre dans l'atmosphère sont mis en avant pour réduire le réchauffement climatique mais peinent à convaincre les écologistes.

Cette question des énergies fossiles est particulièrement contentieuse, notamment pour les pays producteurs ou certains pays dépendants de ces ressources pour leur production d'énergie.

également interessant

Ces énergies, pourtant première source des émissions de gaz à effet de serre ne sont par exemple même pas mentionnées dans l'accord de Paris.

Un autre point du nouveau projet de texte mis en ligne appelle les Etats membres à relever leurs engagements de réduction d'émissions plus régulièrement que prévu dans l'accord de Paris, et ce dès 2022.

Par rapport à une première version du texte, ce nouveau projet ajoute que cette révision doit être faite "en prenant en compte les circonstances nationales particulières", ouvrant la voie à des aménagements pour certains pays.