Les deux objets ont bénéficié de nettes majorités de gauche, mais seule la modification du Code civil introduisant une égalité des couples de même sexe a bénéficié d'un soutien dépassant le clivage gauche-droite. Le non au mariage pour tous a surtout rassemblé des personnes très à droite ou proches des Eglises libres. Les sympathisants du Centre se sont montrés divisés, 49% ayant voté pour.

Chez les opposants, les arguments souvent avancés étaient que le mariage pour tous est inutile, une erreur ou non conforme au plan de Dieu. La question des enfants a aussi joué un rôle. Mais ces arguments n'ont largement pas trouvé de majorité. Le peuple a voté par plus de 64% en faveur du mariage pour tous.

également interessant

Les arguments pour le oui ont par contre convaincu jusque dans les rangs des adversaires. Le mariage pour tous était attendu depuis longtemps et il répond à l'évolution. Sur la question des enfants, il a été jugé décisif que ces derniers reçoivent de l’amour et de l’attention reléguant au second plan l’orientation sexuelle des parents.

Seule la gauche derrière l'initiative "99%"

Quant à l'initiative "Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital", rejetée par près de 65% du peuple, elle n'est pas parvenue à créer une nouvelle justice en matière d'imposition du capital. Elle n'a recueilli du soutien qu'auprès de la gauche, pour qui ce projet introduisait une meilleure justice fiscale.

Au centre, à droite et chez les non affiliés à des partis, les citoyens ont voté clairement contre. Pour la majorité, il n'y avait pas lieu de modifier le statu quo en matière d'imposition du capital. La redistribution leur a paru suffisante et les classes moyennes auraient souffert d'une acceptation.

Un seul argument en faveur du oui au texte a obtenu une majorité: si les classes basses et les classes moyennes disposaient de plus d’argent, cela donnerait de l’élan à l’économie suisse.

Gauche bien mobilisée

Le 26 septembre, seuls deux objets fédéraux étaient mis en votation. La participation a été légèrement supérieure à la moyenne (environ 52,4%). Le mariage pour tous a plus fortement mobilisé que l'imposition du capital. La gauche a davantage mobilisé son électorat.

Effectuée par gfs.bern depuis 1977, l'enquête a été menée auprès de 3054 titulaires du droit de vote. Elle a été financée par la Chancellerie fédérale. Depuis novembre 2020, l’enquête est réalisée en ligne et sur questionnaire papier.