"Si les chiffres se confirment, la majorité est perdue au Sénat", a indiqué cette source à l'AFP. La coalition "Frente de Todos" ("Front de tous") de M. Fernandez n'avait déjà pas la majorité à la Chambre des députés. Au Sénat, selon des projections, la coalition péroniste au pouvoir passerait de 41 sénateurs (sur un total de 72) à 35.

Le chef de l'Etat depuis 2019, auquel il reste deux ans de mandat, a dans un discours en forme d'admission de défaite annoncé une "nouvelle étape" de gouvernement, et appelé à "une relation fructueuse avec le Parlement".

également interessant

Il a indiqué qu'il allait se rapprocher des autres forces politiques en vue d'un "accord sur un programme aussi partagé que possible" avec "une opposition responsable, ouverte au dialogue, et patriotique".

Selon les projections et en l'attente de chiffres définitifs, la coalition péroniste, quoique minoritaire, devrait rester le premier groupe dans chacune des deux chambres. Mais en perdant du terrain sur la coalition de centre-droit "Juntos por el Cambio" (Ensemble pour le changement) de l'ancien président (2015-2019) Mauricio Macri.

Marge de manoeuvre réduite

Selon plusieurs analystes politiques, le gouvernement minoritaire de M. Fernandez devrait voir sa marge de manoeuvre grandement réduite jusqu'a la présidentielle de 2023. Il en sera réduit à n'engager que des politiques consensuelles, nouer des alliances ponctuelles avec des indépendants ou micro-partis, voire recourir à des décrets.

M. Fernandez a néanmoins affirmé dimanche qu'il gardait "la fermeté necessaire pour défendre les intérêts de notre patrie" en vue d'un "accord viable" avec le FMI, auquel l'Argentine doit rembourser dès 2022 plus de 19 milliards de dollars, sur les 44 d'un prêt octroyé sous la présidence Macri. "Nous devons dissiper les incertitudes liées à des dettes insoutenables comme celle-ci", a-t-il déclaré. "Négocier n'est pas obéir"

L'Argentine retrouve cette année le chemin de la croissance, après trois ans de récession, et un fort impact socio-économique du Covid-19, mais reste confrontée à une inflation galopante (41,8% en 2021), avec plus de 40% de sa population frappée par la pauvreté.

La coalition "Frente de Todos" ("Front de tous") de M. Fernandez n'avait déjà pas la majorité à la Chambre des députés. Au Sénat, selon des projections, elle tomberait de 41 sénateurs (sur un total de 72) à 35.

"Si les chiffres se confirment, la majorité est perdue au Sénat", a indiqué une source gouvernementale à l'AFP, avec 98% des votes décomptés. C'est la première fois, depuis le retour de la démocratie en 1983, que le courant péroniste perd le Sénat. Le chef de l'Etat, élu en 2019, a encore deux ans de mandat.

Intérêt général

Il a annoncé dimanche soir, dans un discours en forme d'admission de défaite, une "nouvelle étape" et appelé à "une relation fructueuse" du gouvernement avec le Parlement, "dans l'intérêt général du pays".

Il a assuré qu'il allait se rapprocher des autres forces politiques en vue d'un "accord sur un programme aussi partagé que possible" avec "une opposition responsable, ouverte au dialogue, et patriotique".

Dans l'attente de chiffres définitifs, la coalition péroniste, quoique minoritaire, devrait rester le premier groupe dans les deux chambres. Mais en perdant du terrain sur la coalition de centre-droit "Juntos por el Cambio" (Ensemble pour le changement) de l'ancien président (2015-2019) Mauricio Macri.

Mais M. Fernandez a affirmé dimanche qu'il gardait "la fermeté nécessaire pour défendre les intérêts" du pays en vue d'un "accord viable" avec le FMI, auquel l'Argentine doit rembourser dès 2022 plus de 19 milliards de dollars, sur les 44 d'un prêt octroyé sous la présidence Macri.

"Nous devons dissiper les incertitudes liées à des dettes insoutenables comme celle-ci", a-t-il déclaré. "Négocier n'est pas obéir".

Marge de manoeuvre réduite

L'Argentine retrouve en 2021 le chemin de la croissance (9% prévus), après trois ans de récession, et un lourd impact socio-économique du Covid. Mais elle reste confrontée à une inflation galopante (41,8% en 2021), avec plus de 40% de sa population frappée par la pauvreté.

Aux abords des bureaux de vote, pouvoir d'achat et économie étaient bien dans les têtes de beaucoup, qu'ils soient "péronistes" ou "macristes".

"J'ai peur pour l'économie... Quels que soient ceux qui l'emportent, il faudra beaucoup de temps pour que le pays se remette", confie à l'AFP Oscar Navarro, un pâtissier de 50 ans.

Le gouvernement devrait voir sa marge de manoeuvre très réduite jusqu'à la présidentielle de 2023, contraint à n'engager que des politiques consensuelles, voire recourir à des décrets.

Négocier "loi par loi"

L'exécutif "devra négocier loi par loi", analyse le politologue Raul Aragon, de l'université de la Matanza. Il prédit néanmoins que l'opposition jouera le jeu: "Cela ne lui sert à rien de ne pas dialoguer, d'apparaître comme anti-démocratique" avant la présidentielle de 2023.

"Les deux années qui viennent vont être difficiles", a lancé M. Macri, assurant que sa coalition d'opposition se comporterait "avec une grande responsabilité", de façon à ce "que la transition soit la plus ordonnée possible".

Pour autant, le résultat de scrutin ne devrait ni affoler les marchés ni voir péricliter un peu plus le peso (105 pour un dollar au taux officiel, 200 au marché noir), estime Raul Aragon. "Pour les marchés, la situation est la même qu'hier. Si le parti au pouvoir avait gagné par 10 points, peut-être se diraient-ils 'le Venezuela arrive', ou si l'opposition l'avait emporté par 10 points, que c'est ingouvernable. Mais ce scénario ne modifie presque rien".

Il a toutefois confirmé l'émergence sur la scène politique argentine de profils inédits, tel l'économiste libéral-libertaire de 51 ans Javier Milei (à l'affinité assumée avec l'ex-président américain Donald Trump ou le président brésilien Jair Bolsonaro), qui a fait son entrée au Parlement comme député.