"Ce qui est encore plus sûr, ce sont les tests, car les personnes vaccinées peuvent être contagieuses", déclare dans un entretien diffusé mardi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia M. Chiesa, qui est lui-même vacciné contre le SARS-CoV-2.

Il ne veut cependant pas faire vacciner ses enfants. "Nous devons accepter qu'il y ait des gens qui ne veulent pas être vaccinés. Sinon, nous risquons de radicaliser les opposants à la vaccination".

également interessant

Le président de l'UDC s'en prend aussi au certificat Covid. "Lors de son introduction, on partait du principe qu'il devait être utilisé principalement pour les voyages à l'étranger et non dans la vie quotidienne". Le certificat sanitaire n'a actuellement aucune valeur épidémiologique, assure-t-il, mais constitue uniquement un instrument disciplinaire.

Outre le certificat Covid, de nombreuses choses ont mal tourné au cours des 18 mois de crise liée au coronavirus, selon le conseiller aux Etats tessinois. "La Suisse a dû attendre trop longtemps pour obtenir des masques [sanitaires] et des doses de vaccin", avance M. Chiesa, qui critique la politique du Conseil fédéral et de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Et le gouvernement a pris beaucoup trop de temps pour se soucier des personnes âgées, ajoute-t-il.

"Ce qui est encore plus sûr, ce sont les tests, car les personnes vaccinées peuvent être contagieuses", déclare dans un entretien diffusé mardi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia M. Chiesa, qui est lui-même vacciné contre le SARS-CoV-2.

Il ne veut cependant pas faire vacciner ses enfants. "Nous devons accepter qu'il y ait des gens qui ne veulent pas être vaccinés. Sinon, nous risquons de radicaliser les opposants à la vaccination".

Le président de l'UDC s'en prend aussi au certificat Covid. "Lors de son introduction, on partait du principe qu'il devait être utilisé principalement pour les voyages à l'étranger et non dans la vie quotidienne". Le certificat sanitaire n'a actuellement aucune valeur épidémiologique, assure-t-il, mais constitue uniquement un instrument disciplinaire.

Outre le certificat Covid, de nombreuses choses ont mal tourné au cours des 18 mois de crise liée au coronavirus, selon le conseiller aux Etats tessinois. "La Suisse a dû attendre trop longtemps pour obtenir des masques [sanitaires] et des doses de vaccin", avance M. Chiesa, qui critique la politique du Conseil fédéral et de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Et le gouvernement a pris beaucoup trop de temps pour se soucier des personnes âgées, ajoute-t-il.