L'institut bâlois anticipe une hausse de 2,4% des ventes de détail, à 101,4 milliards de francs, selon un communiqué paru lundi. L'année dernière le chiffre d'affaires avait déjà bondi de 2,6% en termes nominaux.

Les conséquences de la crise pandémique et les changements correspondants dans le comportement de consommation des Suisses se font encore ressentir cette année, en particulier dans le domaine de l'alimentation. A cela il faut ajouter un certain besoin de rattrapage, accumulé à la suite des confinements de l'année dernière, ce qui a stimulé les affaires dans le commerce de détail, précise le communiqué.

également interessant

Mais les risques tels que les pénuries de livraison, les hausses de prix et l'éventualité d'un nouveau confinement devraient couper l'herbe sous le pied des commerçants, avertissent les experts de BAK Economics. Il en résulte une anticipation de recul du chiffres d'affaires du commerce de détail de 1,6% pour l'exercice 2022. Néanmoins besoin de rattrapage des consommateurs devrait être satisfait dans la plupart des cas.