"Quarante-cinq ou quarante-six personnes sont mortes" dans ce drame survenu sur l'autoroute à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nilolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres qui s'exprimait sur la télévision publique BNT. "Sept passagers ont pu être sauvés".

"Quarante-cinq ou quarante-six personnes sont mortes" dans ce drame survenu vers 02h00 (01h00 en Suisse) sur l'autoroute près du village Bosnek, à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nikolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres qui s'exprimait sur la télévision publique BNT.

également interessant

"Sept passagers ont pu être sauvés" et évacués vers un hôpital de la capitale, a-t-il précisé.

La cause de l'accident n'a pu être déterminée à ce stade.

Selon la chaîne bTV, douze enfants se trouvaient à bord du véhicule, qui venait d'Istanbul et se dirigeait vers Skopje.

"C'est une tragédie. Nous ne savons pas si toutes les victimes sont originaires de Macédoine du Nord, mais c'est ce que nous supposons car l'autocar est immatriculé dans le pays", a réagi le Premier ministre de Macédoine du Nord Zoran Zaev, interrogé par la télévision Nova.

Le Premier ministre bulgare intérimaire, Stefan Yanev, s'est rendu sur les lieux. Le drame est survenu vers 02h00 locales sur l'autoroute près du village Bosnek, à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nikolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres.

"Sept passagers ont pu être sauvés" et évacués vers un hôpital de la capitale, a-t-il précisé. Il s'agit de deux femmes et cinq hommes. "Le chauffeur est mort sur le coup, il n'y avait donc personne pour ouvrir les portes" et permettre aux passagers d'échapper au feu, a expliqué le chef de la police nationale Stanimir Stanev.

"Tragédie"

Le car a heurté la glissière de sécurité pour une raison indéterminée à ce stade. La route avait été récemment rénovée. Douze mineurs, dont cinq enfants, se trouvaient à bord du véhicule, qui venait d'Istanbul et se dirigeait vers Skopje. Ils sont tous décédés dans l'accident.

"Les survivants sont traumatisés, ils ont perdu des proches, des enfants. Ils ont sauté par les fenêtres", a relaté Maya Arguirova, cheffe du centre de traitement des grands brûlés où ils ont été transportés.

"C'est une tragédie", a réagi le Premier ministre de Macédoine du Nord Zoran Zaev, interrogé par les médias bulgares. "Des équipes vont se rendre sur place pour participer aux secours".

Nombreux morts sur les routes

Le dernier grave accident de car en Bulgarie remonte à août 2018: 17 passagers étaient morts alors que le véhicule roulait sous une pluie torrentielle, avec à son bord des touristes bulgares revenant de la visite d'un monastère dans une région montagneuse au nord de Sofia.

La Bulgarie, pays de 6,9 millions d'habitants, a enregistré en 2019 quelque 628 morts sur la route et 463 en 2020, un chiffre inférieur à la normale du fait des restrictions sanitaires qui ont limité les déplacements.

Il s'agit d'un des bilans les plus élevés de l'Union européenne en raison du mauvais état des routes, de la vétusté du parc automobile et des fréquents excès de vitesse.

le Premier ministre de ce pays, Zoran Zaev s'est immédiatement rendu à Sofia pour rencontrer les sept survivants à l'hôpital. Le drame est survenu vers 02h00 locales sur l'autoroute près du village Bosnek, à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nikolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres.

Les pasagers faisaient pour beaucoup partie de la minorité albanaise, selon la police bulgare. Un Belge est également décédé, selon M. Zaev. "C'est une grande tragédie", a réagi ce dernier. "Douze d'entre eux avaient moins de 18 ans", parmi lesquels cinq enfants, "et les autres étaient âgés de 20 à 30 ans".

Selon les médias locaux, ils étaient en route vers Skopje, de retour d'une excursion en Turquie. Selon le récit d'un des rescapés, "les passagers dormaient quand une explosion est survenue", a rapporté Zoran Zaev, cité par l'agence de presse MIA. Les sept survivants, qui se trouvaient à l'arrière du véhicule, "ont réussi à briser une des fenêtres" et à s'échapper du brasier.

Traumatisés

"Le chauffeur est mort sur le coup, il n'y avait donc personne pour ouvrir les portes", a expliqué le chef de la police nationale Stanimir Stanev à la télévision. Les images diffusées à la télévision montraient la carcasse noire de l'autocar, qui a violemment heurté la glissière de sécurité avant de s'enflammer.

La route avait été récemment rénovée grâce à des fonds de l'UE dont la Bulgarie est membre depuis 2007. Mais cette portion comportait des passages très abrupts, sans ligne de démarcation, selon une association de prévention routière, qui avait signalé par le passé le problème aux autorités.

"Les survivants sont traumatisés, ils ont perdu des proches, des enfants. Ils ont sauté par les fenêtres", a relaté Maya Arguirova, cheffe du centre de traitement des grands brûlés où ils ont été transportés.

Nombreux morts sur les routes

Le dernier grave accident de car en Bulgarie remonte à août 2018: 17 passagers étaient morts alors que le véhicule roulait sous une pluie torrentielle, avec à son bord des touristes bulgares revenant de la visite d'un monastère dans une région montagneuse au nord de Sofia.

La Bulgarie, pays de 6,9 millions d'habitants, a enregistré en 2019 quelque 628 morts sur la route et 463 en 2020, un chiffre inférieur à la normale du fait des restrictions sanitaires qui ont limité les déplacements.

Il s'agit d'un des bilans les plus élevés de l'Union européenne en raison du mauvais état des routes, de la vétusté du parc automobile et des fréquents excès de vitesse.

le premier ministre de ce pays, Zoran Zaev s'est immédiatement rendu à Sofia pour rencontrer les sept survivants à l'hôpital et le pays a décrété un deuil de trois jours et la mise en berne du drapeau national. Le drame est survenu vers 02h00 locales sur l'autoroute près du village Bosnek, à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nikolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres.

Les passagers faisaient pour beaucoup partie de la minorité albanaise, selon la police bulgare. Un Belge est également décédé, selon M. Zaev. "C'est une grande tragédie", a réagi ce dernier. "Douze d'entre eux avaient moins de 18 ans", parmi lesquels cinq enfants, "et les autres étaient âgés de 20 à 30 ans".

Selon les médias locaux, ils étaient en route vers Skopje, de retour d'une excursion en Turquie. Selon le récit d'un des rescapés, "les passagers dormaient quand une explosion est survenue", a rapporté Zoran Zaev, cité par l'agence de presse MIA. Les sept survivants, qui se trouvaient à l'arrière du véhicule, "ont réussi à briser une des fenêtres" et à s'échapper du brasier.

Traumatisés

"Le chauffeur est mort sur le coup, il n'y avait donc personne pour ouvrir les portes", a expliqué le chef de la police nationale Stanimir Stanev à la télévision. Les images diffusées à la télévision montraient la carcasse noire de l'autocar, qui a violemment heurté la glissière de sécurité avant de s'enflammer.

La route avait été récemment rénovée grâce à des fonds de l'UE dont la Bulgarie est membre depuis 2007. Mais cette portion comportait des passages très abrupts, sans ligne de démarcation, selon une association de prévention routière, qui avait signalé par le passé le problème aux autorités.

"Les survivants sont traumatisés, ils ont perdu des proches, des enfants. Ils ont sauté par les fenêtres", a relaté Maya Arguirova, cheffe du centre de traitement des grands brûlés où ils ont été transportés.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a transmis ses condoléances et exprimé "la solidarité de l'UE en ces moments terribles". Le président russe Vladimir Poutine a également délivré un message de soutien.

Nombreux morts sur les routes

Le dernier grave accident de car en Bulgarie remonte à août 2018: 17 passagers étaient morts alors que le véhicule roulait sous une pluie torrentielle, avec à son bord des touristes bulgares revenant de la visite d'un monastère dans une région montagneuse au nord de Sofia.

La Bulgarie, pays de 6,9 millions d'habitants, a enregistré en 2019 quelque 628 morts sur la route et 463 en 2020, un chiffre inférieur à la normale du fait des restrictions sanitaires qui ont limité les déplacements.

Il s'agit d'un des bilans les plus élevés de l'Union européenne en raison du mauvais état des routes, de la vétusté du parc automobile et des fréquents excès de vitesse.

le premier ministre de ce pays, Zoran Zaev s'est immédiatement rendu à Sofia pour rencontrer les sept survivants à l'hôpital et le pays a décrété un deuil de trois jours et la mise en berne du drapeau national. Le drame est survenu vers 02h00 locales sur l'autoroute près du village Bosnek, à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nikolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres.

Les passagers faisaient pour beaucoup partie de la minorité albanaise, selon la police bulgare. Un Belge est également décédé, selon M. Zaev. "C'est une grande tragédie", a réagi ce dernier. "Douze d'entre eux avaient moins de 18 ans", parmi lesquels cinq enfants, "et les autres étaient âgés de 20 à 30 ans".

Selon les médias locaux, ils étaient en route vers Skopje, de retour d'une excursion en Turquie. Selon le récit d'un des rescapés, "les passagers dormaient quand une explosion est survenue", a rapporté Zoran Zaev, cité par l'agence de presse MIA. Les sept survivants, qui se trouvaient à l'arrière du véhicule, "ont réussi à briser une des fenêtres" et à s'échapper du brasier.

Traumatisés

"Le chauffeur est mort sur le coup, il n'y avait donc personne pour ouvrir les portes", a expliqué le chef de la police nationale Stanimir Stanev à la télévision. Les images diffusées à la télévision montraient la carcasse noire de l'autocar, qui a violemment heurté la glissière de sécurité avant de s'enflammer.

La route avait été récemment rénovée grâce à des fonds de l'UE dont la Bulgarie est membre depuis 2007. Mais cette portion comportait des passages très abrupts, sans ligne de démarcation, selon une association de prévention routière, qui avait signalé par le passé le problème aux autorités.

"Les survivants sont traumatisés, ils ont perdu des proches, des enfants. Ils ont sauté par les fenêtres", a relaté Maya Arguirova, cheffe du centre de traitement des grands brûlés où ils ont été transportés.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a transmis ses condoléances et exprimé "la solidarité de l'UE en ces moments terribles". Le président russe Vladimir Poutine a également délivré un message de soutien.

Une journée de deuil sera également observée en Bulgarie mercredi.

Nombreux morts sur les routes

Le dernier grave accident de car en Bulgarie remonte à août 2018: 17 passagers étaient morts alors que le véhicule roulait sous une pluie torrentielle, avec à son bord des touristes bulgares revenant de la visite d'un monastère dans une région montagneuse au nord de Sofia.

La Bulgarie, pays de 6,9 millions d'habitants, a enregistré en 2019 quelque 628 morts sur la route et 463 en 2020, un chiffre inférieur à la normale du fait des restrictions sanitaires qui ont limité les déplacements.

Il s'agit d'un des bilans les plus élevés de l'Union européenne en raison du mauvais état des routes, de la vétusté du parc automobile et des fréquents excès de vitesse.

le premier ministre de ce pays, Zoran Zaev s'est immédiatement rendu à Sofia pour rencontrer les sept survivants à l'hôpital et le pays a décrété un deuil de trois jours et la mise en berne du drapeau national. Le drame est survenu vers 02h00 locales sur l'autoroute près du village Bosnek, à 40 km au sud de Sofia, a indiqué le commissaire Nikolay Nikolov, responsable du service de lutte contre les désastres.

Les passagers faisaient pour beaucoup partie de la minorité albanaise, selon la police bulgare. Un Belge est également décédé, selon M. Zaev. "C'est une grande tragédie", a réagi ce dernier. "Douze d'entre eux avaient moins de 18 ans", parmi lesquels cinq enfants, "et les autres étaient âgés de 20 à 30 ans".

Selon les médias locaux, ils étaient en route vers Skopje, de retour d'une excursion en Turquie. Selon le récit d'un des rescapés, "les passagers dormaient quand une explosion est survenue", a rapporté Zoran Zaev, cité par l'agence de presse MIA. Les sept survivants, qui se trouvaient à l'arrière du véhicule, "ont réussi à briser une des fenêtres" et à s'échapper du brasier.

Traumatisés

"Le chauffeur est mort sur le coup, il n'y avait donc personne pour ouvrir les portes", a expliqué le chef de la police nationale Stanimir Stanev à la télévision. Les images diffusées à la télévision montraient la carcasse noire de l'autocar, qui a violemment heurté la glissière de sécurité avant de s'enflammer.

La route avait été récemment rénovée grâce à des fonds de l'UE dont la Bulgarie est membre depuis 2007. Mais cette portion comportait des passages très abrupts, sans ligne de démarcation, selon une association de prévention routière, qui avait signalé par le passé le problème aux autorités.

"Les survivants sont traumatisés, ils ont perdu des proches, des enfants. Ils ont sauté par les fenêtres", a relaté Maya Arguirova, cheffe du centre de traitement des grands brûlés où ils ont été transportés.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a transmis ses condoléances et exprimé "la solidarité de l'UE en ces moments terribles". Le président russe Vladimir Poutine a également délivré un message de soutien.

Une journée de deuil sera également observée en Bulgarie mercredi. A son tour en soirée, le Kosovo a annoncé une journée de deuil national.

Nombreux morts sur les routes

Le dernier grave accident de car en Bulgarie remonte à août 2018: 17 passagers étaient morts alors que le véhicule roulait sous une pluie torrentielle, avec à son bord des touristes bulgares revenant de la visite d'un monastère dans une région montagneuse au nord de Sofia.

La Bulgarie, pays de 6,9 millions d'habitants, a enregistré en 2019 quelque 628 morts sur la route et 463 en 2020, un chiffre inférieur à la normale du fait des restrictions sanitaires qui ont limité les déplacements.

Il s'agit d'un des bilans les plus élevés de l'Union européenne en raison du mauvais état des routes, de la vétusté du parc automobile et des fréquents excès de vitesse.