Côté faillites, le nombre de sociétés s'étant déclarées en défaut de paiement demeure faible, observe mercredi l'union suisse des créanciers Creditreform.

Sur le mois sous revue, Creditreform a recensé la création de 4150 entreprises, soit 10% de plus qu'un an auparavant. A ce rythme, la prévision de l'inscription cette année de plus de 50'000 nouvelles sociétés au registre du commerce présentée il y a deux mois sera dépassée, alors que décembre s'annonce toujours aussi fort, note l'institut st-gallois. Ce dernier table désormais sur la fondation de pas moins de 50'700 nouvelles firmes en 2021.

également interessant

En comparant l'évolution en cours cette année avec 2020 ainsi qu'avec la moyenne des deux années ayant précédé la pandémie de Covid-19, 2018 et 2019, Creditreform constate que depuis le milieu de 2021, les nouvelles inscriptions actuelles sont inférieures à l'exercice record de 2020. Le phénomène illustre la consolidation qui intervient après la forte croissance enregistrée depuis la mi-2020.

Au rayon des radiations d'entreprises du registre du commerce, leur nombre a fléchi de 2,4% en octobre sur un an à 2138, la tendance sur dix mois demeurant quant à elle stable (-0,3% à 23'326).

Le nombre de faillites d'entreprises pour cause de surendettement a fléchi en octobre de 1,8% à 434. Après dix mois en 2021, ce chiffre s'inscrit en légère hausse de 1,9% à 4087.

D'ici au 31 décembre, cette faible croissance devrait se poursuivre, Creditreform anticipant pour l'ensemble de l'année 2021 quelque 5000 dépôts de bilan pour insolvabilité, soit 2,1% de plus qu'en 2020, année durant laquelle ces derniers avaient chuté de 18% en un an.

Les faillites restent donc à un bas niveau et la vague de défauts de paiements redoutée par de nombreux spécialistes reste pour l'heure reportée.

Mais celle-ci ne devrait pas pour autant être annulée, avertit le spécialiste des renseignements économiques et des recouvrements de créances. Alors que la vigoureuse reprise de l'économie marque une pause, les sociétés zombies, soit celles qui ne survivent qu'à la faveur des mesures de soutien de l'Etat accordées au titre de la crise sanitaire, se verront à plus ou moins long terme confrontées au juge des faillites.

Quant aux procédures de faillites initiés en raison de défauts organisationnels selon l'article 731 du Code des Obligations, celles-ci ont bondi de 18% en octobre à 216. En l'espace de dix mois, elles ont crû de 10,1% à 1783, un rythme qui devrait se maintenir d'ici la fin de l'année.

En septembre et octobre, la forte tendance à la hausse des faillites privées s'est quelque peu affaiblie, la croissance s'inscrivant entre janvier et fin octobre à près de 12%, contre 17% durant les mois précédents. Pour l'ensemble de l'année, la hausse devrait s'afficher à 14,2% sur la base de l'expérience des années précédentes. Le retournement de tendance dépendra notamment de l'évolution de la situation sur le front de la pandémie.