Si la reprise a été également motivée par la volonté de ne pas céder la propriété et la trentaine d’hectares qui l’entourent, c’est aussi parce que les deux frères ont à cœur de renouer avec une agriculture telle que la pratiquaient leurs grands-parents.

A savoir une exploitation où pâturages et céréales sont cultivés sans aucun ajout de pesticide et d’engrais minéraux. «On a ‘vendu’ la productivité comme gage de réussite à la génération précédente. Il y a une prise de conscience, à l’heure actuelle, d’une productivité qualitative et non plus quantitative», expliquent les deux agriculteurs vaudois. Une transmission qui s’accompagne d’une belle reconversion dans le bio.

également interessant
 
 
 
 
 
 

A terme, Sylvain et Alix Pécoud souhaitent proposer également des activités aux visiteurs afin que «les gens reprennent contact avec la nature».