Aller au contenu principal
Pour Swisscom, Lausanne et Genève font partie des dernières régions à passer au protocole IP. © Keystone

Swisscom: la lettre d’été qui chauffe les PME

Des centaines de chefs d’entreprise ont reçu un courrier aux termes comminatoires leur signifiant que les services de téléphonie fixe analogique seront coupés au 30 septembre.

C’est un courrier estival qui gâche la rentrée et qui irrite passablement des centaines de chefs d’entreprise romands. Swisscom a envoyé le 31 juillet dernier un courrier aux termes comminatoires à un grand nombre de ses clients utilisateurs de la téléphonie fixe et encore sous le système analogique. La lettre de l’opérateur, que nous avons pu consulter, dérange en raison du surprenant ultimatum posé par le géant national. Celui-ci prévient à plusieurs reprises sa fidèle clientèle que ses services seront tout simplement coupés dans 60 jours si une nouvelle commande de matériel de technologie IP (qui fonctionne avec internet) n’est pas faite «spontanément» par le client!

Voici un extrait du courrier: «Attention: si vous ne demandez pas le passage à un produit actuel, nous serons malheureusement dans l’obligation de résilier automatiquement les raccordements mentionnés à compter du 30 septembre 2019 et de les désactiver. A partir de cette date, vos raccordements fixes et les services qui en dépendent, tels que la téléphonie, internet, la déviation des appels, ainsi que les installations téléphoniques, les systèmes d’alarme et les téléphones d’ascenseur, etc., ne fonctionneront plus.»

Des PME au pied du mur

Un des entrepreneurs concernés par ce courrier nous a fait part de son irritation: «Swisscom nous indique que si nous n’upgradons pas le matériel téléphonique du bureau, qui l’avait pourtant déjà été chez nous en 2014, ils nous couperaient toutes les lignes au 30 septembre! En effet, ce qu’ils nous ont fait acheter il y a cinq ans n’est plus compatible avec leur réseau. Pour une petite PME comme la nôtre, on ne parle que d’une vingtaine de postes de téléphone, mais le devis se monte déjà à un peu plus de 10 000 francs!»

Cette petite PME horlogère, bien connue en Suisse romande, avait reçu la visite d’un représentant de Swisscom en mai dernier pour discuter du changement technologique en cours chez l’opérateur. «Mais aujourd’hui on nous met au pied du mur, en plein été», s’insurge encore le patron, qui a envoyé un courrier à l’opérateur afin de vérifier la validité juridique d’une future et potentielle résiliation automatique.

Contacté, Christian Neuhaus, le porte-parole de Swisscom, donne des explications sur ces courriers: «Il s’agit en effet de la migration vers la technologie IP. Les régions de Lausanne, Genève, Lucerne, Grisons et Zurich sont maintenant les cinq dernières à passer au protocole IP. La lettre que vous mentionnez constitue la dernière phase d’un concept de communication en plusieurs étapes pour la migration des derniers clients PME encore sur la technologie analogique.» Le timing est également évoqué: «Depuis plus d’une année, nous contactons tous les clients concernés (le nombre n’est pas communiqué, ndlr), par courrier et par téléphone. A vrai dire, nous ne recevons que peu de feed-back négatifs; les clients savent depuis longtemps qu’ils doivent procéder à ce changement et que s’ils s’adressent à leur partenaire électricien, la migration se fait en bonne et due forme et en temps opportun.»

On le comprend donc, le passage vers la technologie IP semble incontournable et devra être réalisé un jour ou l’autre par tous les clients de Swisscom. Assisterait-on alors juste à un problème de… communication?