Les marchés financiers ont logiquement vécu une année 2020 compliquée, contrastée, presque irréelle. Nombre d’acteurs n’attendent qu’une chose: qu’une relative normalité se réinstalle en 2021 et que les fondamentaux de la finance mondiale se stabilisent de nouveau. En bref, ils sont en quête de certitudes. Quelle sera l’attitude des investisseurs institutionnels et privés en début d’année, alors que la pandémie n’est pas enterrée? Faut-il jouer le pari du retour de la croissance ou, au contraire, rester excessivement prudent? Voici quelques axes de réflexion, recueillis auprès de différents analystes, qui pourraient vous aider à faire vos choix d’investissement.

Quid du Covid-19 en 2021?

Avant d’anticiper une quelconque stratégie, il est primordial de «sentir» le marché. Premier constat: la fin d’année 2020 aura connu une forte dynamique de reprise au quatrième trimestre aux Etats-Unis, ce qui engendre un risque d’essoufflement de la croissance au premier trimestre 2021. Le contexte est plus incertain en Europe, en raison des restrictions de fin 2020 et du blocage du plan de relance de l’Union européenne.

Lors de l’apparition de la crise de coronavirus, beaucoup prédisaient une reprise économique rapide au second semestre, souvent décrite comme une reprise en V. La réalité s’avère un peu plus sombre, selon le consensus. Mais qu’importe les Cassandre, il est essentiel de ne pas céder à la sinistrose et, pour certains, 2021 pourrait même signer une reprise mondiale rapide et robuste avec un redressement conjoncturel qui devrait se poursuivre, bien que de manière inégale.

Anzeige

Reste à trouver, dans ce cas, une voie raisonnable et une tactique efficace pour les placements. Considérant les impacts économiques violents et soudains du Covid-19, les investisseurs doivent, à courte échéance, revoir leurs stratégies, selon IG Prime, qui considère que les choses peuvent et vont se normaliser. Les investisseurs doivent s’y préparer et il n’est donc pas judicieux de se défaire d’actifs forts avant cette normalisation. Il pourrait toutefois s’avérer nécessaire d’y ajouter des investissements à court terme, concentrés sur des actifs dits «sûrs face au covid», comme les technologies cloud ou les produits de santé. S’il est important de savoir s’adapter et se retourner, trop s’éloigner des normes établies au sein du marché serait une erreur à long terme, note l’institut financier.

Reprise économique en Chine

Autres pistes évoquées, l’immobilier, l’industrie manufacturière et le commerce surperformeront par rapport à des secteurs tels que les services, la finance et l’énergie. Au niveau géographique, la Chine est mise en avant par Lombard Odier. La reprise économique de la Chine et son économie davantage axée sur le marché intérieur font que les marchés actions du pays sont de plus en plus décorrélés des indices boursiers du reste du monde.

Le pays sera également l’un des premiers bénéficiaires du dégel des relations commerciales avec les Etats-Unis sous l’administration Biden. Dans les autres économies émergentes, les perspectives devraient s’améliorer grâce à la reprise du commerce mondial, après deux années de contraction.

L’or, une question de timing

Plus agressive, la stratégie de Lyxor Asset Management considère carrément que 2021 devrait bénéficier aux actifs risqués. Leurs experts recommandent de surpondérer les actions, notamment dans les marchés les plus cycliques (eurozone, Japon), et de sous-pondérer les actifs refuges, comme les obligations souveraines, le dollar ou l’or. En avant sur les marchés boursiers, en quelque sorte!

Anzeige

Mais en ce qui concerne l’or, attention, les avis divergent sur le timing. Pour certains, les incertitudes à court terme devraient maintenir le cours de l’or dans une fourchette comprise entre 1850 et 2000 dollars l’once, ce qui offre une protection relativement efficace contre la volatilité des marchés boursiers. Plus tard en 2021, lorsque la reprise sera installée, le cours de l’or pourrait ensuite se rapprocher de 1600 dollars selon des estimations.

La santé fait l’unanimité

D’autres opportunités fleurissent çà et là, aux dires des analystes. Cité dans Allnews, Thiemo Volkholz, de PGIM Investments, note qu’il faut rechercher des opportunités dans la consommation à la demande, les paiements numériques et les technologies de soins de santé. Il s’agit ensuite d’identifier les PME dans les secteurs très demandés et de ne pas oublier le luxe européen, qui pourrait être prometteur. Un joli programme éclectique et un vaste choix.

Anzeige

Le secteur de la santé semble faire l’unanimité. Bellevue Asset Management considère aussi que les avancées innovantes et les baisses de coûts durables restent des facteurs clés de performance dans le secteur des soins de santé. Pour ses analystes, la nature défensive de l’industrie a porté ses fruits au cours de cette année d’investissement tumultueuse et difficile. Certains indices du secteur ont largement dépassé le marché, surtout en avril et en mai. Pourtant, les indices de santé se négocient toujours sur des évaluations historiquement basses.

Dollar: retour à la normale

Les aficionados des turpitudes du billet vert ne sont pas oubliés par nos prévisionnistes. Malgré une baisse de 12% depuis mars 2020, le dollar américain reste surévalué et comporte toujours une part de risque liée au chaos électoral américain. La victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle représente un retour à la normale qui, avec les progrès réalisés en matière de vaccin, devrait permettre à la croissance et au commerce mondial de se redresser.

Anzeige

Dans ce contexte, il est attendu un nouvel affaiblissement de la devise américaine en 2021. Les principales devises du G10, telles que l’euro, la livre sterling et le yen, devraient bien résister. Toutefois, les marchés des changes se tourneront de manière sélective vers les devises émergentes.