A peine l’éprouvante année 2020 terminée, nous voici déjà engagés en 2021, année de tous les espoirs pour nombre d’entreprises. Mais qui dit nouvelle année ne dit pas forcément problèmes différents: la crainte d’une troisième vague de coronavirus et sa variante hautement contagieuse, de même que le durcissement des mesures restrictives prises par les gouvernements, continuent de peser lourdement sur l’activité économique et sur le moral des entrepreneurs. Alors que la crise se prolonge, les questions de trésorerie sont au cœur des inquiétudes. Mais il convient aussi de penser plus loin: les PME doivent retrouver leur stabilité et s’assurer d’ores et déjà de générer de nouveaux potentiels pour l’avenir. Que peut-on donc attendre de cette année 2021?

2020 laissera des traces

Commençons tout d’abord par un bref retour sur 2020. Le coronavirus a touché tout le monde, avec de nombreux revers personnels et professionnels à la clé. Néanmoins, grâce aux interventions publiques, dont les prêts covid et les RHT, l’économie a mieux résisté que ce qu’on ne l’avait craint au début de la pandémie, même si la réalité vécue par les différents secteurs diverge grandement: le tourisme et l’hôtellerie-restauration ont été parmi les plus lésés, tandis que la pharma et la finance ont tiré la croissance. Les PME ont été particulièrement touchées, avec un impact certain sur leurs performances.

Croissance malgré les incertitudes

Alors, qu’attendre de 2021? En ce début d’année, la situation économique reste tendue en raison des chiffres inquiétants du coronavirus et de sa récente mutation. Difficile à prévoir, l’évolution de la pandémie sera à surveiller de près. Les aides des pouvoirs publics seront encore plus sollicitées pour maintenir l’économie à flot. La mise en œuvre de la vaccination d’une grande partie de notre population sera déterminante: plus vite nous aurons vacciné 50 à 60% de la population, plus vite les restrictions économiques pourront être levées. Nous estimons qu’il faut s’attendre à un développement économique incertain au moins jusqu’au printemps.

Anzeige

Sur l’ensemble de l’année cependant, nous comptons sur un environnement économique positif. Pour cette année, une croissance économique de 2,8% et un taux de chômage de 3,5% sont attendus. Les taux d’intérêt resteront également bas. Le franc suisse devrait rester fort en 2021, notamment avec un dollar aux alentours de 90 centimes.

La consommation privée aura un effet positif sur la situation des affaires, tout comme la demande en provenance de l’étranger, par exemple de Chine, qui enregistrera une forte croissance cette année, ou des Etats-Unis, qui prévoient de solides programmes étatiques de relance économique. Quant au Brexit, il ne devrait avoir qu’un impact limité sur les entreprises suisses. En effet, les relations entre la Suisse et le Royaume-Uni sont stables, avec un accord bouclé rapidement.

Esprit d’entreprise et cohérence

Bien malin est celui qui arrivera à prédire l’avenir avec précision. 2021 devrait être l’année de la reprise, mais avec son lot de difficultés et d’incertitudes. Nous pouvons cependant nous baser sur les expériences passées pour dire que nous sortirons de cette crise. Grâce à la digitalisation et à l’innovation, les entrepreneurs ont montré durant l’année écoulée qu’ils sont parvenus à s’adapter tant bien que mal à la «nouvelle normalité». Pour surmonter les incertitudes et les obstacles cette année, il s’agira de nouveau de faire preuve d’esprit entrepreneurial et de rigueur. Et je suis convaincu que les entrepreneurs suisses n’en manquent pas.