Les temps sont incertains sur les marchés boursiers depuis de nombreux mois et les investisseurs peinent à trouver un cap définitif à suivre. Heureusement, certaines valeurs restent fiables et solides en Suisse et les analystes les recommandent aujourd’hui pour des placements à plus ou moins long terme. Parmi ces titres, plusieurs sociétés ont un point commun qu’il est intéressant de relever, car il participe grandement au succès des parcours boursiers.

En effet, de nombreux groupes sont détenus en partie par des familles depuis de nombreuses années, voire depuis leur création. Cette particularité est du goût des investisseurs, car elle apporte à la société une certaine cohérence et une stabilité évidente à long terme. Se basant sur ces constats, l’établissement financier suisse Bellevue Asset Management a lancé en 2006 déjà un fonds en regroupant uniquement des sociétés partiellement en mains familiales. Et force est de constater que l’idée est pertinente, surtout en période de grave crise mondiale – à l’image de cette terrible année 2020.

Ce fonds, nommé BB Entrepreneur Switzerland, a tout simplement cartonné ces dernières années, en enregistrant une performance de 29,7% en 2019 et de 17,85% en 2020. Il n’en fallait pas moins pour susciter un vif intérêt, les parts à acquérir étant de 200 francs au minimum et donc tout à fait accessibles. Ce fonds investit dans des sociétés cotées en bourse en Suisse où une famille détient au moins 20% des droits de vote de l’entreprise.

Anzeige

Forte culture d’entreprise

Michel Keusch, l’un des gérants de Bellevue, confirme l’engouement pour ce produit et en explique les raisons: «Les qualités de ces entreprises – un business model ciblé, des processus décisionnels rapides et une forte culture d’entreprise – vont de pair avec une innovation efficace, une qualité de produit élevée et une forte fidélité client. L’impact correspondant sur le cours de l’action est manifestement positif.»

Depuis sa création, l’équipe de gestion du fonds a acquis une riche expérience dans ce segment d’investissement et a constitué un vaste réseau de cadres de tout le secteur. Les gérants poursuivent une approche qui identifie les sociétés les plus attractives avec une capitalisation boursière petite, moyenne et grande tout en maintenant un portefeuille d’investissement de 25 à 40 actions diversifiées. L’objectif du fonds est donc de dénicher les entreprises détenues par des familles en Suisse, leaders sur le marché, innovantes et solides financièrement.

«Le fait que 20% des droits de vote sont détenus par une seule entité familiale permet des prises de position fermes, cohérentes et pérennes pour la société et cela se ressent positivement», poursuit l’analyste. Les exemples de ce genre d’entreprises sont parlants aussi en Suisse romande, à l’image de Swissquote ou de Swatch. «Swatch a vécu une année 2020 difficile, avec des vents contraires et cela s’est ressenti sur le titre. Mais je suis très positif pour l’action en 2021; le groupe a procédé à des coupes de coûts et il possède des marques authentiques très recherchées dans le monde. Le retour des marchés asiatiques sera aussi important», poursuit Michel Keusch.

Les PME ont la cote

«En ce qui concerne les succès, les meilleurs choix du fonds pour 2020 ont été les sociétés Zur Rose, Swissquote, Logitech, Gurit, Arbonia, mais aussi Pierer Mobility et VAT», ajoute-t-il. Enfin, autre bonne nouvelle, pour Brigitte Olsen, gestionnaire du portefeuille senior du fonds BB Entrepreneur Europe Small chez Bellevue Asset Management, même si l’économie mondiale a été malmenée par le coronavirus, les PME européennes – dont beaucoup sont des entreprises familiales – pourraient devenir plus fortes grâce à la crise. «Elles ont historiquement surperformé sur la durée et de manière constante, notamment grâce à leur capacité à générer une croissance supérieure à la moyenne. Cela fait d’elles une opportunité d’investissement attrayante dans l’environnement de marché actuel, caractérisé par des taux d’intérêt bas et une faible croissance économique.»

Anzeige

Avec la crise, ces petites et moyennes capitalisations se trouvent en outre dans une position relativement meilleure, grâce à des bilans solides, à des ratios d’endettement plus faibles et à une gestion des coûts historiquement astucieuse. Ces sociétés devraient maintenir leur croissance et faire preuve d’une plus grande flexibilité.