Cette inflation, plus de sept fois supérieure à l'objectif initial du gouvernement, s'explique par la chute de la livre turque qui a perdu près de 45% face au dollar sur un an.

L'inflation, qui avait atteint 21,31% en glissement annuel en novembre, est devenue un sujet politiquement explosif en Turquie à dix-huit mois de la prochaine élection présidentielle prévue en juin 2023.

L'opposition a accusé ces derniers mois l'Office national des statistiques (Tüik) de sous-estimer sciemment - et largement - la hausse des prix.

également interessant

Pour les Turcs, l'effondrement de la monnaie se traduit par une envolée des prix difficilement soutenable, le pays étant très dépendant des importations, notamment pour les matières premières et l'énergie.

Après plusieurs semaines de pertes historiques, la livre turque s'est fortement redressée mi-décembre à la suite des mesures d'urgence annoncées par le président turc Recep Tayyip Erdogan et à des ventes massives de réserves en dollars, mais la monnaie voit de nouveau sa valeur fondre depuis une semaine face au billet vert.