Il ne devrait pas revenir avant l'été 2022, a indiqué la compagnie rhénane jeudi. En attendant que M. de Winter soit à nouveau en capacité de travailler, le directeur général (CEO) pour la Suisse, Michael Müller, sera chargé de superviser les activités quotidiennes. M. de Winter gardera de son côté tout de même un oeil sur les activités stratégiques, en particulier le lancement du deuxième volet de la stratégie Simply Safe, précise le communiqué.

également interessant

Bâloise précise que les chances de guérison à l'issue du traitement pré- et post-opératoire de M. de Winter sont bonnes.

Il ne devrait pas revenir avant l'été 2022, a indiqué la compagnie rhénane jeudi. En attendant que M. de Winter soit à nouveau en capacité de travailler, le directeur général pour la Suisse, Michael Müller, sera chargé de superviser les activités quotidiennes. M. de Winter gardera de son côté tout de même un oeil sur les activités stratégiques, en particulier le lancement du deuxième volet de la stratégie "Simply Safe", précise le communiqué.

Cette stratégie prévoit, à l'horizon 2025, le démarchage réussi de 1,5 million de nouveaux clients, un chiffre d'affaires en hausse de 200 millions de francs sur la période au travers de l'élargissement des offres dans les domaines du logement et de la mobilité et 2 milliards de liquidités, dont 60% à 80% qui seront reversées sous forme de dividende.

Baloise précise que les chances de guérison à l'issue du traitement pré- et post-opératoire de M. de Winter sont bonnes.

M. de Winter travaille chez Baloise depuis 2005 et en a pris les rênes le 1er janvier 2016. Le Belge avait succédé à Martin Strobel, qui avait quitté la société après l'avoir dirigée pendant sept ans. Avant d'accéder au poste de directeur général, il était patron de Baloise Assurance en Belgique.

ol/jh/al