Corrigé des variations saisonnières (CVS) toutefois, cet indicateur a poursuivi la contraction observée tout au long de l'année pour s'établir à 2,4% en décembre, contre 2,5% un mois plus tôt. En janvier encore, le taux CVS s'établissait à 3,3%.

En moyenne annuelle, le taux de chômage 2021 s'inscrit à 3,0%, indique vendredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son relevé périodique.

L'administration fédérale précise que les deux augmentations de la durée de perception de l'indemnité chômage, de même que la prolongation de la durée de perception des personnes ayant potentiellement droit aux prestations transitoires ont permis d'assurer la sécurité économique des personnes ayant potentiellement droit au chômage et déchargé subséquemment l'aide sociale.

également interessant

Corrigé des variations saisonnières (CVS) toutefois, cet indicateur a poursuivi la contraction observée tout au long de l'année pour s'établir à 2,4% en décembre, contre 2,5% un mois plus tôt. En janvier encore, le taux CVS s'établissait à 3,3%.

En moyenne annuelle, le taux de chômage 2021 s'inscrit à 3,0%, indique vendredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) dans son relevé périodique.

Impact amorti par les mesures exceptionnelles

Les économistes fédéraux précisent que les deux augmentations de la durée de perception de l'indemnité chômage, de même que la prolongation de la durée de perception des personnes ayant potentiellement droit aux prestations transitoires ont permis d'assurer la sécurité économique des personnes ayant potentiellement droit au chômage et déchargé subséquemment l'aide sociale.

Le recours au chômage partiel (RHT) a, comme en 2020, contribué à atténuer les effets délétères de la crise sanitaire sur les entreprises et les travailleurs.

Fin décembre, le nombre de chômeurs atteignait 121'728 personnes, soit un bon quart de moins qu'un an plus tôt. Celui des demandeurs d'emploi s'était, lui, replié d'un cinquième à 209'676 personnes.

Au cours du seul mois de décembre, le nombre de jeunes jusqu'à 24 ans inscrits auprès des Offices régionaux de placement (ORP) s'est érodé de 1,7% ou 182 personnes pour s'établir à 10'569. Celui des plus de 50 ans par contre a augmenté de près de 5% à 37'754 personnes.

Les hommes représentaient près de 60% de l'ensemble des chômeurs inscrits et on comptait autant de chômeurs suisses que de chômeurs étrangers.

Le nombre de places vacantes signalées aux ORP s'est amenuisé de 3021 pour passer à 47'531 places, dont 33'503 étaient soumises à obligation de déclaration.

En octobre, dernier mois pour lequel ces données sont disponibles, le chômage partiel a touché 48'264 personnes, soit 8,2% de moins qu'en septembre.

Le nombre d'entreprises ayant eu recours aux RHT s'est étiolé de 1111 unités à 7917, quand le nombre d'heures de travail ainsi perdues a chuté de près de 12% à 296'1129 tours d'horloges.

En octobre toujours et selon des données encore provisoires, 2539 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance chômage.

Nouvelle contribution fédérale extraordinaire

Les recettes principales du fonds de compensation ont atteint 7,61 milliards de francs, quand le montant des indemnités chômage s'est élevé à 6,75 milliards. Le financement extraordinaire accordé pour la seconde année consécutive par la Confédération doit toutefois avoir porté le total des recettes à 14,03 milliards, quand la contribution aux indemnités versées en cas de RHT aura accentué les débours à 14,25 milliards.

L'assurance chômage affiche ainsi un excédent de 0,22 milliard, contre 0,14 milliard en 2020.