Le terme "gruyère" est compris par le public américain comme un terme générique qui ne réfère pas nécessairement à une zone géographique en particulier, est-il indiqué dans la décision du tribunal de l'Etat américain de Virginie, disponible en ligne.

Cela signifie que des fromages produits aux Etats-Unis pourront être vendus sous l'appellation "gruyère", sans qu'ils ne doivent provenir des régions précises comprises dans le label "Gruyère AOP", reconnu à l'échelon européen.

également interessant

Le gruyère, originaire de la région éponyme fribourgeoise, se retrouve donc en concurrence avec un produit du même nom mais totalement différent, a réagi auprès de Keystone-ATS Philippe Bardet, directeur de l'Interprofession du gruyère (IPG), revenant sur une information révélée par le Blick. Aux Etats-Unis, "leur version du gruyère peut être pasteurisée ou même fondue", donne-t-il en exemple.

Or, les Etats-Unis représentent depuis des années une grosse part des exportations du gruyère suisse. En 2020 encore, un record a été atteint avec 4000 tonnes envoyées Outre-Atlantique sur les 32'000 tonnes vendues, a précisé M. Bardet. Pour les Américains, "cela représente moins de 1% du marché, mais pour nous, c'est énorme".

Cela fait plusieurs années que l'IPG tente de renforcer la protection de la marque aux Etats-Unis, au vu des "mauvaises utilisations" du fromage sur le territoire. En 2013, l'IPG avait réussi à labelliser le nom "Gruyère" dans ce pays qui ne reconnaît pas les appellations d'origine (AOP). Une bataille juridique s'en est suivie avec une association américaine d'exportations de produits laitiers.

Cette décision fait suite à une longue bataille juridique entre l'Interprofession du Gruyère (IPG) et une association américaine d'exportations de produits laitiers. Elle a démarré en 2013 lorsque l'IPG a réussi à labelliser la marque "Gruyère" aux Etats-Unis. L'organisation U.S. Dairy Export Council s'était opposée à cette décision, estimant que le terme "gruyère" pouvait être utilisé peu importe la provenance du fromage.

L'Etat américain de Vriginie lui a finalement donné raison. Le terme "gruyère" est compris par le public américain comme un terme générique qui ne réfère pas nécessairement à une zone géographique en particulier, est-il indiqué dans sa décision disponible en ligne.

Cela signifie que des fromages produits aux Etats-Unis pourront être vendus sous l'appellation "gruyère", sans qu'ils ne doivent provenir des régions précises comprises dans le label "Gruyère AOP", reconnu à l'échelon européen.

Le gruyère, originaire de la région éponyme fribourgeoise, se retrouve donc en concurrence avec un produit du même nom mais totalement différent, a réagi auprès de Keystone-ATS Philippe Bardet, directeur de l'Interprofession du Gruyère (IPG), revenant sur une information révélée par le Blick. M. Bardet a annoncé que l'interprofession fera appel à cette décision.

Problèmes aussi en Australie

L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) se désole également de la décision américaine. Utiliser le terme "Gruyère" pour un fromage produit aux Etats-Unis menace la réputation du produit original et son positionnement sur les marchés étrangers, et ne peut que nuire à l'ensemble de la filière, a réagi l'un de ses portes-parole, sollicité par Keystone-ATS.

Les Etats-Unis représentent depuis des années une grosse part des exportations du gruyère suisse. En 2021 encore, un record a été atteint avec 4000 tonnes envoyées Outre-Atlantique sur les 32'000 tonnes vendues, a précisé M. Bardet. Pour les Américains, "cela représente moins de 1% du marché, mais pour nous, c'est énorme".

Les Etats-Unis ne sont pas le seul pays où la labellisation de la marque rencontre des difficultés. Des problèmes similaires sont constatés dans d'autres pays qui ne reconnaissent pas le système des indications géographiques, comme l'Australie, a précisé l'OFAG.

Cette décision fait suite à une longue bataille juridique entre l'Interprofession du Gruyère (IPG) et une association américaine d'exportations de produits laitiers. Elle a démarré en 2013 lorsque l'IPG a réussi à labelliser la marque "Gruyère" aux Etats-Unis. L'organisation U.S. Dairy Export Council s'était opposée à cette décision, estimant que le terme "gruyère" pouvait être utilisé peu importe la provenance du fromage.

L'Etat américain de Virginie lui a finalement donné raison. Le terme "gruyère" est compris par le public américain comme un terme générique qui ne réfère pas nécessairement à une zone géographique en particulier, est-il indiqué dans sa décision disponible en ligne.

Cela signifie que des fromages produits aux Etats-Unis pourront être vendus sous l'appellation "gruyère", sans qu'ils ne doivent provenir des régions précises comprises dans le label "Gruyère AOP", reconnu à l'échelon européen.

Le gruyère, originaire de la région éponyme fribourgeoise, se retrouve donc en concurrence avec un produit du même nom mais totalement différent, a réagi auprès de Keystone-ATS Philippe Bardet, directeur de l'IPG, revenant sur une information révélée par blick.ch. M. Bardet a annoncé que l'interprofession fera appel à cette décision.

Problèmes aussi en Australie

L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) se désole également de la décision américaine. Utiliser le terme "Gruyère" pour un fromage produit aux Etats-Unis menace la réputation du produit original et son positionnement sur les marchés étrangers, et ne peut que nuire à l'ensemble de la filière, a réagi l'un de ses portes-parole, sollicité par Keystone-ATS.

Le marché américain représente depuis des années une grosse part des exportations du gruyère suisse. En 2021 encore, un record a été atteint avec 4000 tonnes envoyées Outre-Atlantique sur les 32'000 tonnes vendues, a précisé M. Bardet. Pour les Américains, "cela représente moins de 1% du marché, mais pour nous, c'est énorme".

Les Etats-Unis ne sont pas le seul pays où la labellisation de la marque rencontre des difficultés. Des problèmes similaires sont constatés dans d'autres pays qui ne reconnaissent pas le système des indications géographiques, comme l'Australie, a précisé l'OFAG.