"Il s'agit d'un projet emblématique qui illustre le potentiel des énergies renouvelables et locales. La géothermie permet une production continue, quelles que soient la période de l'année et les conditions météorologiques, ce qui en fait l'un des piliers des objectifs climatiques et énergétiques vaudois", a déclaré jeudi la conseillère d'Etat Béatrice Métraux lors de la visite de presse du chantier du projet.

également interessant

"Le site de Lavey est particulièrement bien adapté à la réalisation d'un tel projet car son sous-sol renferme les eaux les plus chaudes connues en Suisse", a expliqué pour sa part Philippe Durr, président du conseil d'administration d'Alpine Geothermal Power Production (AGEEP), société issue d'un partenariat public-privé. La plateforme de forage se situe d'ailleurs près d'un des trois puits déjà existants qui alimentent les Bains de Lavey.

Risque sismique faible

La roche y est naturellement fissurée, ce qui évite d'avoir recours à la technique de fracturation hydraulique, a précisé M. Durr. Les conditions techniques et géologiques sont ainsi radicalement différentes des projets de géothermie à Bâle et à St-Gall, qui avaient provoqué une secousse sismique.

Il n'empêche, le tout sera sous haute surveillance. Le Service Sismologique Suisse (SED) a mis en place un réseau de monitoring de la sismicité en 2018 déjà. Un réseau complémentaire permettra par ailleurs de différencier la sismicité naturelle de celle induite par le forage.

En plusieurs étapes

Le forage se déroulera en plusieurs étapes, ont expliqué les responsables. La première, qui démarre lundi, consistera à creuser une section verticale de 1000 mètres de profondeur. Le forage continuera ensuite, toujours verticalement, sur 800 mètres.

A l'issue d'une nouvelle analyse géologique qui déterminera dans quelle direction il doit se poursuivre, il continuera de manière oblique et atteindra une profondeur de 2500 mètres. Si cela ne suffit pas pour obtenir les débits et la température attendus - trouver de l'eau à 110 degrés avec un débit de 40 litres/seconde -, il pourra se poursuivre jusqu'à 3000 mètres.

La fin des travaux est prévue au plus tôt dans la deuxième moitié de 2023. Elle comprend aussi la construction de la centrale qui fonctionnera en circuit fermé et transformera la chaleur en électricité.

Budget de 40 millions de francs

Le budget se monte à quelque 40 millions de francs. La Confédération, via l'Office fédéral de l'énergie (OFEN), soutient le projet par une contribution de 17 millions. Tout comme l'Etat de Vaud qui a accordé une subvention de quelque 1,5 million.

L'objectif visé est de produire chaque année 4,2 Gigawattheures (GWh) d'électricité, de quoi couvrir les besoins annuels de quelque 900 ménages, ainsi que 15,5 GWh thermiques qui alimenteront les Bains de Lavey en eaux thermales.

La chaleur résiduelle pourra être utilisée par les communes de Lavey-Morcles et de Saint-Maurice (VS) et, à terme, permettre par exemple le chauffage de serres ou le maintien de la température de piscicultures.

Soucieux des relations avec les riverains pendant la durée du chantier, la direction de projet leur a ouvert ses portes, proposant une visite des lieux en novembre dernier. "Nous avons pu ainsi expliquer le projet en détail à plus d'une soixantaine de personnes", relève Jean-François Pilet, directeur d'AGEPP.

La mise à l'enquête n'avait suscité aucune opposition. Le permis de construire a été, lui, accordé en 2019 par les cantons de Vaud et du Valais. Les travaux d'aménagement de la plateforme de forage ont ensuite démarré le 9 avril 2021 pour s'achever à la fin du mois d'octobre.

"Il s'agit d'un projet emblématique qui illustre le potentiel des énergies renouvelables et locales. La géothermie permet une production continue, quelles que soient la période de l'année et les conditions météorologiques, ce qui en fait l'un des piliers des objectifs climatiques et énergétiques vaudois", a déclaré jeudi la conseillère d'Etat Béatrice Métraux lors de la visite de presse du chantier du projet.

"Le site de Lavey est particulièrement bien adapté à la réalisation d'un tel projet car son sous-sol renferme les eaux les plus chaudes connues en Suisse", a expliqué pour sa part Philippe Durr, président du conseil d'administration d'Alpine Geothermal Power Production (AGEPP), société issue d'un partenariat public-privé. La plateforme de forage se situe d'ailleurs près d'un des trois puits déjà existants qui alimentent les Bains de Lavey.

Risque sismique faible

La roche y est naturellement fissurée, ce qui évite d'avoir recours à la technique de fracturation hydraulique, a précisé M. Durr. Les conditions techniques et géologiques sont ainsi radicalement différentes des projets de géothermie à Bâle et à St-Gall, qui avaient provoqué une secousse sismique.

Il n'empêche, le tout sera sous haute surveillance. Le Service Sismologique Suisse (SED) a mis en place un réseau de monitoring de la sismicité en 2018 déjà. Un réseau complémentaire permettra par ailleurs de différencier la sismicité naturelle de celle induite par le forage.

En plusieurs étapes

Le forage se déroulera en plusieurs étapes, ont expliqué les responsables. La première, qui démarre lundi, consistera à creuser une section verticale de 1000 mètres de profondeur. Le forage continuera ensuite, toujours verticalement, sur 800 mètres.

A l'issue d'une nouvelle analyse géologique qui déterminera dans quelle direction il doit se poursuivre, il continuera de manière oblique et atteindra une profondeur de 2500 mètres. Si cela ne suffit pas pour obtenir les débits et la température attendus - trouver de l'eau à 110 degrés avec un débit de 40 litres/seconde -, il pourra se poursuivre jusqu'à 3000 mètres.

La fin des travaux est prévue au plus tôt dans la deuxième moitié de 2023. Elle comprend aussi la construction de la centrale qui fonctionnera en circuit fermé et transformera la chaleur en électricité.

Budget de 40 millions de francs

Le budget se monte à quelque 40 millions de francs. La Confédération, via l'Office fédéral de l'énergie (OFEN), soutient le projet par une contribution de 17 millions. Tout comme l'Etat de Vaud qui a accordé une subvention de quelque 1,5 million.

L'objectif visé est de produire chaque année 4,2 Gigawattheures (GWh) d'électricité, de quoi couvrir les besoins annuels de quelque 900 ménages, ainsi que 15,5 GWh thermiques qui alimenteront les Bains de Lavey en eaux thermales.

La chaleur résiduelle pourra être utilisée par les communes de Lavey-Morcles et de Saint-Maurice (VS) et, à terme, permettre par exemple le chauffage de serres ou le maintien de la température de piscicultures.

Soucieux des relations avec les riverains pendant la durée du chantier, la direction de projet leur a ouvert ses portes, proposant une visite des lieux en novembre dernier. "Nous avons pu ainsi expliquer le projet en détail à plus d'une soixantaine de personnes", relève Jean-François Pilet, directeur d'AGEPP.

La mise à l'enquête n'avait suscité aucune opposition. Le permis de construire a été, lui, accordé en 2019 par les cantons de Vaud et du Valais. Les travaux d'aménagement de la plateforme de forage ont ensuite démarré le 9 avril 2021 pour s'achever à la fin du mois d'octobre.