La décision a été prise "à l'unanimité", précise la banque. M. Bastianini a été poussé vers la sortie par l'État italien, principal actionnaire de la banque depuis son sauvetage public en 2017 et qui est en pleines négociations avec la Commission européenne sur le nouveau plan de relance de la BMPS.

Selon la presse italienne, le ministère de l'Économie souhaitait ainsi donner "un signal de discontinuité" en direction de Bruxelles, d'autant que la banque n'a pas réussi à atteindre tous les objectifs de son précédent plan de restructuration.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Plusieurs personnalités du monde politique italien étaient intervenues publiquement en faveur de M. Bastianini, qui avait été nommé en avril 2020 par le précédent gouvernement dirigé par Giuseppe Conte et passe pour un proche du Mouvement cinq étoiles (M5S, antisystème).

Le nouveau PDG, Luigi Lovaglio, 66 ans, avait dirigé la banque régionale Creval pendant trois ans, jusqu'en juin 2021. Il avait démissionné de son poste après la finalisation de son rachat par le groupe mutualiste français Crédit Agricole.

Auparavant, ce diplômé en économie et commerce de l'université de Bologne avait passé toute sa carrière chez UniCredit, actuellement deuxième banque italienne, qu'il avait rejointe en 1973 et où il a acquis une grande expérience en fusions-acquisitions.

Il pourra directement intégrer le conseil d'administration, grâce à la place laissée vacante par Olga Cuccurullo, une représentante du ministère de l'Économie qui a démissionné vendredi. Un geste rendu nécessaire dans la mesure où M. Bastianini reste membre du conseil d'administration.

Les négociations avec Bruxelles avaient repris début décembre et portent sur la recapitalisation de la banque, de nouvelles réductions des coûts et une extension du délai accordé à l'État pour se désengager de la BMPS, qui a expiré à la fin de l'an dernier.