Les partenaires "tirent un bilan positif de ce projet", ont indiqué lundi les Transports publics fribourgeois (TPF), le Marly Innovation Center (MIC), l'Etat de Fribourg, l'Agglomération de Fribourg et la commune de Marly. L'expérience a contribué à acquérir de nombreuses connaissances et de tester notamment le niveau de sécurité.

"Ces années d’exploitation ont aussi mis à jour les limites actuelles d’utilisation des navettes. Certaines conditions météo, des modifications de parcours, les changements de végétation selon les saisons ont un impact direct sur l’exploitation possible des véhicules", ont précisé les partenaires.

également interessant
 
 
 
 
 
 

La législation en vigueur obligeant une présence humaine lors de chaque déplacement démontre que l’utilisation d’un véhicule 100% autonome n’est pas encore concrétisée. "La poursuite des recherches montrera comment de telles solutions peuvent contribuer à relever les défis d’une mobilité durable", peut-on lire dans le communiqué.

Avenir des navettes: réflexions en cours

Les navettes reliaient le quartier du Marly Innovation Center au réseau des TPF. Elles couvraient en sept minutes un trajet de 1,3 kilomètre avec quatre arrêts. Chaque minibus pouvait accueillir 11 passagers.

L'investissement s'est monté à 720'000 francs. L’Etat de Fribourg et le MIC ont chacun financé une navette. Les frais annuels d’exploitation des véhicules de 540'000 francs ont été assurés par l’Agglomération de Fribourg et par l’Etat de Fribourg. La commune de Marly a mis à disposition les ressources humaines et a pris en charge les aménagements.

Des réflexions et des discussions sont en cours au sujet de l'avenir de ces navettes. Dans ce cadre-là, les TPF et la Haute Ecole d'ingénierie et d'architecture de Fribourg collaborent sur un projet de télé-opération.