Avec 682.596 voitures vendues dans l'Union européenne, les constructeurs ont connu leur pire mois de janvier depuis le début de la série statistique en 1990, avec -6% par rapport au record bas de janvier 2021, a précisé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

Les principaux marchés ont enregistré des baisses à deux chiffres, avec la France à -18,6%, l'Italie à -19,7%, la Belgique à -10%, les Pays-Bas à -11,3% et la Pologne à -10,2%, par rapport à janvier 2021.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Seule l'Allemagne a rebondi de 8,5% par rapport à un mois de janvier 2021 très faible, tandis que l'Espagne restait stable (+1%).

Près de l'UE, le Royaume-Uni a également enregistré un impressionnant rebond de ses ventes (+27,5%) après des mois de chute.

Le groupe Volkswagen a enregistré en janvier une baisse de 7% de ses ventes sur un an, en ligne avec le marché. Son dauphin Stellantis est plus touché (-15,1%), avec de mauvaises performances pour ses marques Peugeot, Fiat et Citroën, notamment.

Le groupe Renault recule de 3,5%, avec -15,7% pour sa marque principale mais de bonnes ventes chez Dacia.

Hyundai-Kia (+28,7%) et Toyota (+9,7%) continuent de traverser la crise plus sereinement, gagnant des parts de marché. BMW enregistre -9,2%, Mercedes -13,8%.

Après une forte chute en 2020 liée à la pandémie de Covid-19, le marché automobile a été paralysé en Europe et en Amérique en 2021 par cette pénurie de puces électroniques, surtout fabriquées en Asie, et indispensables à la fabrication de voitures qui embarquent toujours plus de technologies.

Avec une stabilisation de l'approvisionnement en puces au deuxième semestre, et en l'absence de nouveau variant, l'ACEA prévoit que les ventes d'automobiles rebondissent de 7,9% en 2022, tout en restant loin de leur niveau de 2019.