"C'est encore relativement calme", confirme une serveuse d'un établissement situé près de la gare de Sion. Pour sa part, elle continue à porter le masque, car "je n'ai pas encore eu le virus et ce serait dommage de l'attraper maintenant", précise-t-elle.

Le masque justement, Florian, étudiant au collège des Creusets, est plutôt satisfait à l'idée de pouvoir l'enlever, même s'il se dit "bien conscient que le Covid circule encore". "On sera notamment moins essoufflés lorsque nous devons parcourir les étages entre les cours", relève-t-il.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Dans un salon de coiffure du centre de la ville, Nancy garde son masque, au cas où ses clientes demanderaient qu'elle le porte. "C'est un souhait de mon patron", précise-t-elle.

A l'extérieur, un passant confie lui sa joie de retourner boire son petit café: "Je suis vacciné, mais par solidarité avec ceux qui ne le souhaitaient ou ne le pouvaient pas, je n'ai jamais utilisé mon certificat".