Vers 12h15, la monnaie suisse s'échangeait à 1,00765 franc pour un euro, un niveau que la paire de devises n'avait plus atteint depuis l'abandon du taux plancher par la Banque nationale suisse (BNS) en janvier 2015, date à laquelle la devise helvétique était passée sous la parité face à la monnaie unique européenne.

Avec les derniers événements en Ukraine, contre laquelle l'armée russe a lancé une vaste offensive, les marchés ont assisté à une "nouvelle forte progression des monnaies refuges que sont le franc suisse, le dollar et le yen. La paire EUR/CHF se rapproche de plus en plus de la parité", a averti John Plassard de Mirabaud Banque dans un commentaire.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Mais c'est surtout la faiblesse de l'euro qui semble profiter au franc. "La monnaie unique (européenne) est désormais coupable par association géographique et les gros titres sur le nucléaire aujourd'hui ne vont pas aider sa cause", a estimé l'analyste Jeffrey Halley d'Oanda.

Dans ce contexte, c'est le dollar qui semble être la valeur refuge la plus appréciée du moment. "Si la situation empire au point que les investisseurs clôturent leurs positions, le dollar américain sera de loin la meilleure couverture", a constaté l'analyste senior de Swissquote, Ipek Ozkardeskaya.