Les deux chaînes télévisées russes sont des "instruments de propagande et de la guerre russe" en Ukraine, déclare M. Parmelin dans un entretien diffusé vendredi par le Tages-Anzeiger. "Elles diffusent des mensonges et de la désinformation dans le but d'attiser les incertitudes et d'utiliser la liberté de notre démocratie contre la Suisse", explique-t-il.

Le conseiller fédéral UDC estime que la population suisse est capable de juger ce qui est de la "propagande absurde" et ce qui ne l'est pas. Il souligne qu'une interdiction de ces chaînes pourrait être interprétée comme une censure et se demande d'ailleurs si cette mesure ne les rendrait pas plus attractives.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Blé et pétrole en suffisance

L'Union européenne (UE) a interdit la diffusion des médias d'État russes Russia Today et Sputnik. Le Conseil fédéral, qui a décidé de reprendre les sanctions européennes contre la Russie, n'a pas encore tranché pour les deux médias.

Swisscom et Sunrise UPC ont déjà décidé au début mars de ne plus diffuser Russia Today sur leur plate-forme jusqu'à nouvel ordre. Sputnik n'est pas diffusé par les deux fournisseurs.

Concernant les matières premières, M. Parmelin ne constate, pour l'instant, pas de pénurie en Suisse. Les stocks de pétrole sont suffisants pour plus de quatre mois, tout comme les réserves obligatoires des huiles alimentaires végétales, ajoute-t-il.

Les besoins en blé d'hiver sont couverts à 80% par la production suisse, alors que les engrais azotés sont disponibles en quantité suffisante pour cette année, énumère-t-il. Il appelle à nouveau à augmenter l'autosuffisance alimentaire de la Suisse.