Les dirigeants de sociétés continuent toutefois en majorité à considérer leur situation "bonne", selon les conclusions du sondage périodique réalisé par le centre d'études conjoncturelles KOF de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), diffusées vendredi.

Les segments qui jusqu'ici profitaient de l'assouplissement du carcan sanitaire érigé pour lutter contre la pandémie de Covid-19 sont ceux qui ressentent le plus vivement le ralentissement, à savoir l'hôtellerie-restauration, ainsi que les services. La dégradation est cependant palpable dans presque tous les domaines économiques, de la finance et l'assurance au commerce de gros en passant par l'industrie manufacturière.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Le commerce de détail est moins sévèrement touché et la construction fait figure de rescapée avec une légère amélioration observée.

La question du renchérissement aussi concerne presque l'ensemble des branches, avec un renforcement généralisé de la tendance à relever les prix. Les pénuries de matériaux et produits semi-finis par contre s'estompent quelque peu et le commerce de gros a vu ses projections s'amenuiser pour les délais de livraison.

La construction a, en revanche, assisté à l'émergence d'une pénurie d'un nouveau genre: le manque de bras. Sur la base de données considérées encore comme expérimentales, le sondage du KOF laisse entrevoir dans l'ensemble une progression des salaires de 2,4% sur douze mois, contre encore 2,3% lors du dernier point de situation réalisé en juillet.