Après avoir atteint 51,2 en septembre, l'indice PMI composite a reculé à 50,2 en octobre. Un indice inférieur à 50 indique une contraction de l'activité, tandis qu'un indice supérieur à cette limite reflète une expansion. Dans sa première estimation de l'activité du secteur privé en octobre, publiée le 24 octobre, S&P Global avait fait état d'une stagnation de l'économie française (50,0).

Malgré cette révision à la hausse, "l'indice affiche son plus bas niveau depuis mars 2021 et signale une croissance seulement marginale de l'activité du secteur privé français en ce début de quatrième trimestre 2022", a commenté le cabinet dans son communiqué. La légère progression enregistrée en octobre s'explique par "une hausse modérée de l'activité des prestataires de services", qui a compensé "les faibles performances du secteur manufacturier".

également interessant
 
 
 
 
 
 

La tendance est identique en ce qui concerne les nouvelles commandes, le secteur des services ayant enregistré une "hausse marginale" tandis que l'industrie subissait un "fort repli" des demandes de ses clients. Dans un contexte où l'inflation renoue avec des niveaux inédits depuis le milieu des années 1980, les coûts de production des entreprises se maintiennent à un "niveau élevé", malgré un "fléchissement" par rapport aux prix qu'elles payaient en septembre à leurs fournisseurs.

Quant aux prix de vente, leur hausse a affiché "un rythme similaire à celui observé en septembre, une légère accélération de l'inflation dans le secteur des services ayant été compensée par un ralentissement dans le secteur manufacturier." S&P Global souligne sur une note plus positive "une progression soutenue des effectifs dans les entreprises du secteur privé français".