Pour contrer le tarissement du gaz russe acheminé par gazoduc, l'Europe qui en était très dépendante a dû diversifier ses approvisionnements en recourant au gaz naturel liquéfié (GNL), en provenance des Etats-Unis mais aussi de Russie notamment.

Ce contrat est "uniquement justifié par la responsabilité d'amener du GNL en Europe", a souligné le PDG de TotalEnergies devant les députés de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

également interessant
 
 
 
 
 
 

"Si nous continuons à rester en Russie, c'est parce que nous avons un contrat de gaz naturel liquéfié, et c'est pour le bien-être des populations européennes, pour assurer la sécurité d'approvisionnement de l'Europe", a-t-il dit.

Projets controversés

Pendant plus de deux heures, M. Pouyanné a été passé sur le gril des questions des parlementaires de l'Assemblée nationale sur ses projets et intérêts parfois controversés à l'étranger, comme en Russie mais aussi en Ouganda et en Tanzanie.

Le PDG a toutefois minimisé le poids de la Russie, "pas importante" pour l'entreprise, qui pourrait d'ailleurs en partir "demain matin" selon lui.

"Depuis le début de l'année, nous nous sommes désengagés progressivement de tous les projets qui avaient uniquement une vocation domestique, nous en sommes sortis", a-t-il assuré.

Il ne reste selon lui "qu'une participation dans l'usine de Yamal LNG, et ce fameux contrat de GNL" qui est "européen".

"La Russie, cette année, c'est 2% de notre cashflow, si vous pensez que le PDG de TotalEnergies n'a pas envie d'arrêter cette situation pour 2%... mais aujourd'hui pour arrêter ce contrat unilatéralement, je ne sais pas le faire car j'ai un engagement d'enlèvement de ce GNL", a développé M. Pouyanné.

"Si nous l'arrêtons, la situation de l'Europe qui a cette année importé 70% du GNL russe ne s'améliorera pas du tout", a-t-il poursuivi.

"Il y a deux solutions pour en sortir: soit la Russie nous exproprie, soit l'Europe décide de sanctionner le gaz russe", a-t-il ajouté.

M. Pouyanné a estimé en outre que "la vision du camp occidental sur le conflit (en Ukraine) n'était pas du tout partagée par l'immense majorité du reste du monde qui nous regarde comme si on en était coresponsable, parce qu'on n'aurait pas fait ce qu'il fallait".