"Nous suivons les récents développements chez Twitter avec beaucoup d'inquiétude. Aucun directeur général ou entreprise n'est au-dessus de la loi", a déclaré un porte-parole de la FTC. Il a rappelé que la plateforme doit respecter certaines règles selon les termes d'un accord passé avec l'agence sur la sécurité et la confidentialité des données.

L'accord en question, révisé cette année, "nous donne de nouveaux outils pour nous assurer qu'il est respecté, et nous sommes prêts à les utiliser", a ajouté le porte-parole, en référence aux amendes conséquentes que la FTC pourrait infliger. Or de nombreux employés au fait de ces régulations ne sont plus chez Twitter.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Le patron de Tesla et SpaceX a licencié la moitié des 7500 salariés de l'entreprise californienne il y a une semaine, dix jours après l'avoir rachetée et en être devenu le seul maître à bord. Des centaines de personnes étaient déjà parties cet été, et les démissions de cadres ont continué la semaine dernière.

Controverses quotidiennes

Jeudi, Lea Kissner, responsable de la sécurité, a annoncé son départ dans un tweet: "J'ai pris la décision difficile de quitter Twitter. J'ai eu l'opportunité de travailler avec des gens formidables et je ressens beaucoup de fierté pour le travail que nous avons accompli avec les différentes équipes de la confidentialité des données, de la sécurité et de l'informatique".

D'autres directeurs ont aussi fait leurs adieux d'après le Washington Post, dont les responsables de la confidentialité des données et de la conformité avec les lois et régulations. Elon Musk inquiète de nombreuses autorités, annonceurs, associations de défense des minorités et utilisateurs.

Il a tenté à plusieurs reprises de rassurer tout le monde en rappelant que la modération des contenus, garde-fou contre les abus sur la plateforme, n'avait pas changé. Mais ses décisions mises en place dans la précipitation et ses provocations sur Twitter suscitent des controverses quotidiennes depuis deux semaines.