Une fois dans la capitale jurassienne, la correspondance avec le train direct pour Bâle serait garantie, assurent les porteurs de ce projet stratégique pour l'Arc jurassien. Le principal effet attendu consisterait en une réduction du temps de parcours de plus de 20 minutes, renforçant ainsi l'attractivité des transports publics.

Comme l'écartement des voies des lignes CFF et des lignes CJ n'est pas identique, les usagers doivent actuellement changer de train à la gare de Glovelier. Des traverses aptes à recevoir un 3e rail pour permettre aux trains des Chemins du Jura (CJ) d'y circuler ont déjà été posées.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Inscription à Prodes

Les CJ et le canton du Jura espèrent obtenir l'inscription du projet au Programme de développement stratégique de l'infrastructure ferroviaire (Prodes) de la Confédération. Dans le sillage du comité de soutien mis sur pied en 2019, il s'agit désormais d'associer la population, les partenaires économiques et les collectivités publiques.

"Nous avons déjà le soutien d'instances politiques jusqu'à Bâle", a précisé à Keystone-ATS Eric Ioset, secrétaire de l'association qui sera présidée par la conseillère aux Etats jurassienne Elisabeth Baume-Schneider. "Nous voulons que ce projet gagne en visibilité et montrer la plus-value qu'il peut apporter", a-t-il ajouté.

Le trajet entre La Chaux-de-Fonds et Bâle est aujourd'hui plus court en empruntant la ligne du pied du Jura qui passe par la Ville de Bienne. "ArcExpress offre une alternative intéressante, moins onéreuse et à un temps de parcours égal que celui de la ligne du pied du Jura qui elle est déjà surchargée", relève la nouvelle association.

Développement socio-économique

Avec ce temps de parcours réduit, c'est tout un bassin de population couvrant le canton du Jura, le Jura bernois ainsi que les Montagnes neuchâteloises qui se rapproche de la région bâloise. Cette nouvelle donne pourrait entraîner une amélioration des échanges et des synergies.

Outre le gain de temps et de confort, le rapprochement entre les régions est un facteur d'attractivité en matière de développement socio-économique. Ce projet offre une meilleure qualité pour les pendulaires et un atout pour le tourisme, souligne la nouvelle association ArcExpress.