La baisse du nombre de paquets distribués s'explique notamment par un climat de consommation tendu depuis le début de la guerre en Ukraine, avec un repli des commandes en ligne, indique mardi la Poste dans un communiqué. En outre, de nombreux commerçants ont reporté l'an dernier les commandes de marchandises, ou n'ont pas pu passer commande, en raison des difficultés d'approvisionnement mondiales liés à la pandémie de coronavirus.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Par ailleurs, l'année 2022 a été la première depuis 2019 sans aucune mesure contre le Covid-19 en Suisse, rappelle le géant jaune. La population a donc à nouveau pu faire ses achats dans les magasins durant toute l'année et a moins recouru à la livraison.

Le record absolu du nombre de colis livrés de 2021 n'a donc pas pu être battu. Mais en comparaison avec 2019, année ayant précédé la pandémie, la Poste a toutefois transporté 30% de paquets en plus l'an dernier, relève-t-elle. La tendance à la hausse constatée depuis plusieurs années se poursuit donc, même si elle est moins forte que durant les deux années marquées par le coronavirus.

Moins de lettres

La tendance à la baisse pour les lettres se poursuit par ailleurs. Les factrices et facteurs en ont distribué 1745 millions en 2022, ce qui représente également une baisse de 4% par rapport à l'année précédente. Au cours des dix dernières années, le volume total de lettres a diminué d'environ un tiers.

Moins de lettres, plus de colis: cette évolution constatée depuis plusieurs années va se poursuivre, prévient le géant jaune. Pour faire face à cette évolution, il a créé environ 230 nouveaux emplois dans le domaine du tri et de la distribution de colis l'an dernier. Deux nouveaux centres colis régionaux ont également été ouverts à Rümlang (ZH) et à Buchs (AG).

Désormais, environ la moitié des factrices et facteurs lettres distribuent également des colis. Grâce à cette réorganisation, la Poste a pu préserver des emplois, mais aussi devenir plus flexible face à l'augmentation à court terme des volumes de paquets. Désormais, les centres-courrier sont capables de trier jusqu'à 200'000 minicolis par jour.