Au niveau suisse, la ponctualité des trains s'est améliorée en 2022: 92,5% des trains sont arrivés à l'heure, soit une hausse de 0,6% par rapport à l'année précédente, ont indiqué les CFF mardi dans un communiqué, rappelant qu'un convoi est considéré à l'heure lorsqu'il arrive à destination avec moins de trois minutes de retard.

L'ex-régie explique ce bon résultat général par une amélioration de la planification des chantiers. Les tronçons de ralentissement dus aux chantiers ont été moins nombreux. Seuls quelques travaux nocturnes n'ont pas été achevés à temps pour la reprise de l'exploitation au petit matin.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Les CFF soulignent également le taux élevé des personnes ayant pu attraper leur correspondance. En 2022, il a été de 98,7% au niveau suisse. Cette valeur est en légère baisse par rapport à l'année précédente, un recul imputé à l'augmentation des retards des trains internationaux.

Nombreux chantiers en Suisse romande

Pour les CFF, la bonne ponctualité générale s'explique notamment par le fait que les services chargés des travaux et ceux qui règlent le trafic travaillent étroitement. Ce modèle "intégré" fait ses preuves, soulignent-ils. Il sera d'autant plus important ces prochaines années que le volume des travaux augmentera dès 2023.

Reste que la ponctualité est surtout de mise en Suisse alémanique. En Suisse romande, elle n'atteint que 89,4%, en hausse certes de 1,3% par rapport à 2021, cette dernière année ayant été toutefois particulièrement mauvaise (88%).

La situation en Suisse romande est due "à des réserves d'horaire insuffisantes pour permettre les nombreux travaux de construction en cours", font valoir les CFF. Les chantiers ont porté sur des travaux d'entretien de la voie, pour la mise aux normes des gares, notamment du point de vue de l'accessibilité, mais aussi pour le développement de l'offre, en premier lieu les importants chantiers à Lausanne et Genève.

Premier projet rejeté

Les CFF veulent améliorer la ponctualité en Suisse romande avec un nouvel horaire annoncé pour 2025. Il se poursuivra dans le cadre de l'introduction progressive du concept d'offre 2035.

Initialement, les CFF souhaitaient essentiellement miser sur la hausse des réserves d'horaires, ce qui équivaut à allonger les temps de parcours. Ce modèle a cependant été rejeté aussi bien par l'Office fédéral des transports (OFT) que par les cantons romands, a précisé le porte-parole des CFF Frédéric Revaz, interrogé par Keystone-ATS.

L'ex-régie a dû remettre l'ouvrage sur le métier. Elle planche sur un nouveau projet qui permettra d'augmenter les réserves d'horaires mais comportera également des améliorations pour les clients, a expliqué M. Revaz, sans plus de précisions. Les CFF devraient en dire plus ce printemps.

Tessin à la traîne

A noter que le Tessin est encore plus mal loti que la Suisse romande. L'année dernière, la ponctualité y a même chuté de 1,6% pour s'établir à 89,1%.

Au sud des Alpes, les CFF mettent en avant les nombreux dérangements sur les nouveaux trains régionaux TILO circulant au Tessin et en Lombardie. Par ailleurs, ceux-ci n'ont pas pu être utilisés comme prévu en raison d'un retard dans l'homologation par les autorités italiennes.

Les CFF reconnaissent aussi que la ponctualité des envois en trafic marchandises n'a pas été satisfaisante. En trafic par wagons complets, celle-ci s'est établie à 91,5%, en hausse de 0,5% par rapport à l'année précédente. Une valeur que CFF Cargo souhaite encore améliorer.