Ce coup d'arrêt ajoute aux affres du parti conservateur au pouvoir, largement distancé dans les sondages avant les élections législatives du 4 juillet.

Le PIB «n'a affiché aucune croissance en avril, après une croissance de 0,4 % en mars», a indiqué l'Office national des statistiques (ONS) dans son rapport mensuel. Le chiffre publié mercredi est conforme aux prévisions des économistes, qui tablaient sur une croissance nulle, voire un petit recul. Le Royaume-Uni était sorti au premier trimestre de la récession dans laquelle il était tombé fin 2023 et avait vu son activité économique repartir plus vite que prévu, à la satisfaction du Premier ministre conservateur Rishi Sunak.

également interessant
 
 
 
 
 
 

«La stagnation du PIB en avril ne signifie pas que la reprise économique est éteinte, mais ce n'est pas une bonne nouvelle pour le Premier ministre à trois semaines des élections», selon Paul Dales, analyste chez Capital Economics. «Rishi Sunak affirme que nous avons franchi un cap, mais l'économie est au point mort», a immédiatement réagi mercredi Rachel Reeves, la responsable des questions économiques pour l'opposition travailliste, en tête des sondages pour les élections du 4 juillet.

«Ces chiffres révèlent les dégâts causés après 14 ans de chaos conservateur» et «il est temps de changer», a-t-elle ajouté. Mais «une grande partie de la faiblesse (de l'activité) s'explique par le temps inhabituellement humide du mois d'avril», tempère M. Dales. Cela a pénalisé notamment les secteurs de la construction et de la vente de détail, alors que moins de clients se rendaient en magasins, et cette tendance «s'inversera donc en mai», selon lui.

S
SDA