Le projet Phoenix devrait coûter à lui seul entre 70 et 100 millions de francs, a déclaré jeudi Clemens Wögerbauer, responsable commercial et développement durable chez Holcim Central Europe West, aux médias devant l'usine de Siggenthal, dans le canton d'Argovie. L'objectif est de réduire considérablement l'utilisation de lignite pour chauffer le four à ciment.

À cet effet, un carburateur sera construit dans lequel seront traités des déchets tels que des résidus de bois, des boues de papier ou des plastiques, ce qui produira, entre autres, du gaz de synthèse. Le four à ciment pourra ensuite être chauffé avec ce gaz, comme l'ont expliqué les dirigeants de l'usine à l'agence de presse AWP. À Siggenthal, cela permettra de réduire les émissions de C02 de plus de 30'000 tonnes par an. L'usine émet actuellement environ 450'000 tonnes de CO2 par an.

également interessant
 
 
 
 
 
 

Cette nouvelle installation devrait entrer en activité en 2028. Si elle fonctionne bien, elle sera également installée dans d'autres cimenteries d'Holcim, ont indiqué les responsables.

Augmentation des carburants alternatifs

Avec le projet Phoenix, la proportion de carburants alternatifs augmentera jusqu'à 80%. Il s'agit d'un grand pas vers l'objectif de plus de 85% fixé par rapport aux 57% actuels.

Dans son usine d'Eclépens, dans le canton de Vaud, Holcim construit un hall de stockage et un système de convoyage pour les déchets plastiques non recyclables utilisés comme carburant alternatif. Ceci et l'utilisation de nouvelles technologies augmenteront la proportion de carburants alternatifs de 70 à 95%. Cela devrait permettre d'économiser environ 40'000 tonnes de C02 par an.

Et à l'usine d'Untervaz, dans les Grisons, une flamme électrique sera installée pour chauffer le four. Cela réduira également les émissions de dioxyde de carbone.

S
SDA